Nouveau sionisme

מֵסִיר לֵב, רָאשֵׁי עַם-הָאָרֶץ; וַיַּתְעֵם, בְּתֹהוּ לֹא-דָרֶךְ.יְמַשְׁשׁוּ-חֹשֶׁךְ וְלֹא-אוֹר; וַיַּתְעֵם, כַּשִּׁכּוֹר. הֶן-כֹּל, רָאֲתָה עֵינִי;שָׁמְעָה אָזְנִי, וַתָּבֶן לָהּ. בְּאֵ֣ין חָ֭זוֹן יִפָּ֣רַֽע עָ֑ם.
Table des matières

Le nouveau sionisme

Une méthode pour de gros profits, peu d’effort

Pourquoi le nouveau sionisme ?

La liberté de comprendre, de parler simplement !

Élections sémitiques pour la Knesset et le Premier ministre

Comme Google uniquement pour le gouvernement

Comme Franklin D. Roosevelt

Indice de prospérité des citoyens

Séparation des pouvoirs et constitution

Élections en ligne

Avantages d’un système présidentiel en Israël

Quel est le bénéfice moyen ?

Israël est libre – « Le Bloc de la Liberté »

À quoi ressemble un système de gouvernance ?

Le bureau numérique – le bureau le plus important au monde

Demande nationale

Une union de tous les Juifs du monde

Le bureau numérique est le surhomme du gouvernement

Comment construire le bureau numérique

faire des bureaux du gouvernement de mauvais animaux

Dans la Bible il est déjà écrit « dans les crimes du pays il y a beaucoup de ministres »

affaires internes

Procès gratuit et justice

Qui a besoin d’un procès ?

Une lenteur agaçante

Comment construire une justice ?

Changement fondamental du système

Arrêtez d’utiliser le tribunal comme législateur

N’ayez pas peur de la technologie

Mesurer pour améliorer

prévenir les conflits à l’avance

Constitution pour faire de l’ordre

Oui, un essai peut prendre une semaine

Procéder à un essai en ligne

arrêter la procédure d’appel

Les accusés reviennent

Les bons juges amènent de bons juges

Bien-être et égalité

Un ministre professionnel qui fera une révolution

Que m’apportera un État-providence ?

Opportunités égales

Les drogues sont les ennemies de l’État-providence

L’éducation est la meilleure amie de l’État-providence

régime

logement

santé

Une fiscalité progressive ?

Obtenez des commentaires quantitatifs pour vous améliorer

Ils ont déjà inventé une application

transport

Investissement budgétaire et concentration des efforts

Réduire le nombre d’accidents de la route

Mesure de tous les déplacements et digitalisation

Paiement du voyage

Sentiers pédestres, vélos et petits outils électriques

Les voitures électriques autonomes pour remplacer tous les transports publics en Israël

notre maison

Oui, tout le monde se trompe sur le logement

Pourquoi s’embêter avec le logement ?

Que signifie prendre soin d’un citoyen ?

Économie libre

Construire avec la nature et non sur elle

La réduction des écarts est en bonne voie

Construction rapide

Pourquoi l’application de la loi est-elle bonne pour nous ?

Villes et agglomérations autour des piétons et non des voitures

Utilisation du terrain existant

Une connexion entre les habitants

Union des autorités

Bonjour Internet, au revoir les pages

Le transport fait partie du logement

Ilots de circulation et jardins

Obtenez des commentaires pour avancer

Économie libre

Une économie libre mais…

La grande déconnexion

Que doit réaliser l’économie ?

L’argent conduit

Qui gagnera et qui perdra de l’argent numérique ?

L’argent numérique est bon pour les Juifs

Pourquoi l’argent liquide est-il mauvais pour l’économie ?

C’est ainsi que devrait fonctionner l’argent numérique en Israël

Pourquoi n’ont-ils pas créé un shekel numérique il y a 10 ans ?

Quelle est la relation entre l’économie et l’environnement ?

Comités ouvriers et grèves

le secteur privé

Le commerce électronique du futur

Le nouveau bureau qui vous protège des affaires

Principes généraux pour un système de gouvernance réussi

Une méthode pour de gros profits, peu d’effort

Pays capitaliste et socialiste

Un pays capitaliste est meilleur parce que l’économie est libre et la motivation du peuple est personnelle. Il n’existe pas de pays non capitalistes prospères dans le monde ou dont les citoyens soient prospères. La protection du capital et le profit de l’initiative personnelle sont indispensables en raison de la nature humaine. Il n’est pas étonnant que tous les pays communistes soient des échecs. La Chine n’a progressé à pas de géant que lorsqu’elle a ajouté des options permettant de tirer un profit personnel de l’initiative.

En outre, et c’est là le point crucial, l’État doit être socialiste dans le sens de prendre soin des faibles et de tous les citoyens laissés pour compte. La raison en est précisément pour le bénéfice des élites et du reste. Lorsque les populations sont laissées pour compte, et généralement celles-ci représentent la majorité des gens, c’est comme une source qui se tend. Il finit par bondir et revient tel un boomerang vers les élites. Les gens qui sont laissés pour compte ne reçoivent pas une bonne éducation, il est donc facile de leur vendre des mensonges, et ils y croient. Puis après plusieurs tentatives de mensonge et de déformation des faits, un leader vient leur expliquer pourquoi la situation des autres est meilleure, et de là vient la détérioration. C’est ce que nous voyons aujourd’hui en Israël. Les gens ne voient pas la vérité parce qu’ils n’ont pas reçu une éducation adéquate. Ils ne peuvent donc pas regarder au-delà des médias. La faute en revient aux élites qui laissent la majorité du peuple à la traîne. Je pense que c’est l’histoire en un mot. Toute notre histoire en est pleine. Il n’est pas intuitif de « prendre soin des faibles parce que c’est bon pour moi à long terme ».

David, roi d’Israël

David a construit un royaume glorieux, il avait tout. Mais il lui manquait quelque chose d’essentiel – une méthode qui garantirait que chaque génération progresserait et, en général, que le régime existerait. Une partie de la méthode consiste à organiser la méthode elle-même. Le problème du système monarchique commence lorsqu’il y a un roi inadapté, puis le royaume tout entier s’effondre. Gengis Khan était un grand leader, mais il n’a pas non plus laissé de méthode, par exemple pour organiser la culture des citoyens, il a quitté les territoires occupés. En Allemagne, Hitler a montré au monde comment aligner toute une génération sur les principes malsains du gouvernement. Mais bien sûr, de bons principes valent mieux.

Imaginez un ordinateur bloqué avec le système d’exploitation DOS. Un système d’exploitation, c’est comme le gouvernement : si vous ne le mettez pas à niveau, il est bloqué. Jefferson et Franklin ont laissé derrière eux un système de gouvernement doté d’un mécanisme d’auto-correction, et pourtant il était suffisamment bon pour que, même sans beaucoup de changements, il soit adapté près de deux siècles plus tard. Aujourd’hui, ils commencent à penser que cette méthode américaine a également besoin d’une mise à niveau majeure et qu’ils ne disposent d’aucun mécanisme pour la mettre en œuvre.

C’est le grand secret des gouvernements. C’est pourquoi il n’y a pas eu de suite à David et il y a eu une suite à Jefferson. Il faut laisser une méthode derrière soi, sinon on laisse de « l’argent », et la nouvelle génération le « gaspillera ». Il n’est pas instinctif de réfléchir constamment à la méthode, car nous voulons nous promouvoir ou promouvoir nos idées.

En fin de compte, le grand gain avec un petit effort est de rationaliser le gouvernement, c’est le facteur qui affecte principalement la qualité de nos vies, dans tous les domaines de la vie, en commençant par une plage propre et en terminant par un ciel propre. Sous un système de gouvernement qui sait s’adapter à son époque et œuvre pour la prospérité des citoyens, vous trouverez des citoyens satisfaits de leur vie, en meilleure santé ainsi que préservant et augmentant leur capital. Tous ces éléments sont faciles à mesurer.

Les Romains, les Turcs, les Anglais et nous

Chaque fois, une puissance différente est venue et a joué contre nous pour ses propres intérêts privés.

Toutes les quelques années, ils ont changé, mais aujourd’hui est arrivé le plus vieil ennemi du peuple d’Israël, le peuple d’Israël lui-même.

  • Nous, la dynastie du roi David (Royaume-Uni d’Israël et de Juda), avons gouverné la région d’environ 1000 avant JC à 930 avant JC.
  • Les royaumes divisés d’Israël et de Juda – 930 avant JC à 722 avant JC (Israël) et 586 avant JC (Juda).
  • Assyriens – ont conquis le royaume d’Israël en 722 avant JC.
  • Les Babyloniens ont conquis le royaume de Juda en 586 av.
  • Les Perses ont gouverné la région de 539 avant JC à 332 avant JC, après la conquête de Babylone.
  • Règle grecque – 332 avant JC à 167 avant JC, y compris les empires ptolémaïque et séleucide.
  • Dynastie hasmonéenne (indépendance juive) – 167 avant JC à 63 avant JC.
  • Les Romains ont gouverné la région de 63 avant JC à 324 après JC.
  • Arabes (califats islamiques) – 7ème siècle à 1516.
  • Turcs (Empire Ottoman) – 1516 à 1917.
  • Britannique (gouvernement mandaté) – 1917 à 1948.
  • Nous sommes de droite et nous sommes de gauche – depuis 1948.

Nous contrôlons notre destin après trois mille ans. Asseyez-vous et lisez le reste, c’est important.

Pourquoi le nouveau sionisme ?

Herzl voulait un État juif, Jabotinsky s’est battu pour qu’on se batte et Ben Gourion l’a établi. Or, c’est la continuation du sionisme, le « nouveau sionisme » est un « nouveau pays ». Nous n’avons pas besoin d’un autre pays, nous avons juste besoin de moderniser le pays existant – c’est plus simple.

Ils traitent tous le symptôme et non le problème. Le problème, ce sont les autorités non séparées et le choix des partis et non les élections sémitiques.

Si vous utilisez les outils de la libre pensée sur les changements requis dans le système de gouvernement en Israël, vous arrivez aux idées qui apparaissent ici sous « le nouveau sionisme ».

Chaque citoyen est fils d’un roi

Tout le monde a été créé « fils de roi » selon le poème de Jabotinsky, mais il ne suffit pas de le chanter, nous devons traiter tous les habitants comme des rois et prendre chaque action et chaque décision pour la prospérité des habitants. Cela ne se produit pas aujourd’hui en Israël et presque nulle part dans le monde, à l’exception des pays nordiques et partiellement aux États-Unis. La prospérité des citoyens est une mesure qui comprend la santé des citoyens, leur satisfaction dans la vie ainsi que le niveau de vie mesuré en argent.

Le maintien du capital crée plus de capital

Les États-Unis ont montré que la sauvegarde du capital des citoyens à l’aide de lois et de leur application contribue énormément à la prospérité des citoyens, aux citoyens qui se construisent eux-mêmes et, ce faisant, au pays. En gardant leur capital, ils se sentent en sécurité pour créer.

Israël semble avoir les gens les plus talentueux au monde, mais cela ne se reflète pas dans le niveau de vie et la prospérité des habitants, quelque chose ne fonctionne pas comme on pourrait s’y attendre de la part de personnes aussi qualifiées.

J’ai perdu le jeton alors que je roulais dans un Uber avec un chauffeur de taxi vietnamien dont le père était un officier supérieur de l’armée sud-vietnamienne et était parrainé par les États-Unis. Il avait les larmes aux yeux, même s’il est aujourd’hui dans l’armée américaine et qu’il a déménagé aux États-Unis il y a trente ans. Il m’a parlé avec passion du Vietnam et du fait qu’il avait touché le fond à cause de l’argent et de la mainmise sur les richesses du Sud riche par le Nord pauvre. Cela m’a rapproché de ce qui se passe dans le pays, lorsqu’un régime ne protège pas l’argent et la liberté des gens mais cherche des moyens de les leur enlever, de très mauvaises choses se produisent dans le pays. C’est pourquoi il est important pour la vie du pays que le gouvernement protège l’argent et la liberté du peuple. L’argent est une forme de liberté. Les États-Unis sont construits exactement sur cela, avec des lois étonnantes pour protéger la richesse et la liberté. Je ne parle pas de ne pas prélever d’impôts, mais de protéger les biens du peuple.

Non seulement je le pense, mais aussi Douglas North, qui a remporté le prix Nobel.

La principale contribution de North a été l’accent mis sur les « institutions » en tant que moteur fondamental de la performance économique. Les institutions sont les « règles du jeu » dans la société, à la fois formelles (comme les lois) et informelles (comme les normes sociales). Ceux-ci incluent tout, depuis les droits de propriété et l’application des contrats jusqu’à l’état de droit et aux systèmes de gouvernance transparents.

Le gouvernement, selon North, est le principal créateur et exécutant de ces règles. Par conséquent, dans la mesure où ces cadres institutionnels encouragent l’activité économique productive, l’innovation et les échanges, le gouvernement contribue effectivement à la prospérité de la population.

Par exemple, en faisant respecter les droits de propriété, les gouvernements donnent aux particuliers et aux entreprises la confiance nécessaire pour investir et innover, sachant que leurs investissements seront protégés. En faisant respecter l’État de droit et en garantissant un environnement politique stable, les gouvernements peuvent contribuer à créer la prévisibilité dont les entreprises ont besoin pour planifier l’avenir.

Lorsqu’ils sont mesurés, vous savez s’ils se sont améliorés ou détruits

En fin de compte, l’objectif du gouvernement est d’apporter une prospérité à long terme aux résidents et à l’environnement, ce sont les paramètres qui doivent être maximisés et mesurés. Dans les différents pays, il est facile de constater que le système de gouvernement a la plus grande influence sur la prospérité des habitants. Le gouvernement devrait se concentrer uniquement sur ce qui améliore la vie des citoyens à long terme et uniquement là-dessus.

Lorsqu’ils mesurent la prospérité, les citoyens ne sont pas seulement influencés par les médias et par ce que le gouvernement leur dit sur la qualité du gouvernement, mais ils disposent également d’un paramètre mesurable sur lequel le gouvernement est testé, l’indice de prospérité, sur lequel nous reviendrons plus tard.

La logique devrait être très simple : voir où dans le monde se trouve la démocratie la plus stable, avec le plus d’années d’expérience et en tirer le système souhaité avec nos améliorations. Alors, où existe-t-il une telle méthode ? aux Etats-Unis. Des questions?

Un État juif

Il y a quelque chose de trompeur à dire qu’il faut séparer la religion de l’État, mais dans la réalité dans laquelle se trouve Israël, c’est impossible.

Si nous ne devenons pas un État juif, nous ne le ferons probablement pas. Nos voisins ne nous laisseront pas être un pays libre. Par conséquent, la seule défense est de faire de nous un État juif.

Dans un univers parallèle comme celui des USA, il n’est pas nécessaire de définir la religion. En Israël, nous avons besoin d’une définition de la religion pour continuer à être une nation libre.

Personnellement, même sans la menace existentielle de notre voisin, je pense qu’il vaut mieux que nous définissions un État juif, cela nous unit et nous donne de belles valeurs pour la société et l’individu. Mais même lorsque j’y pense librement, avec un regard totalement laïc, c’est une chose nécessaire dans la réalité israélienne.

Creuser au lieu de soulever

La Banque d’Israël publie depuis des années des recherches sur le shekel numérique . Au lieu d’augmenter le shekel numérique en quelques mois en mode bêta, ils discutent et discutent de « et si ? » S’ils étaient habitués à travailler comme sur le marché privé, ils l’auraient déjà augmenté en quelques mois et verraient comment cela fonctionne . Ceci est un exemple du modus operandi de l’ensemble de l’administration et de la manière dont elle fonctionne. Afin d’assurer la prospérité des citoyens, un changement général doit être apporté à la manière dont le gouvernement opère en Israël et dans le monde.

La liberté de comprendre, de parler simplement !

Les citoyens veulent un langage simple

Si le citoyen ne comprend pas de quoi parle le gouvernement, il y a un problème pour être réellement libre.

L’utilisation d’un langage simple dans tous les domaines du gouvernement, y compris dans le système judiciaire et dans d’autres ministères, est essentielle pour diverses raisons. La simplification du langage favorise la transparence, l’accessibilité, la compréhension et l’efficacité, ce qui contribue à favoriser la confiance, l’implication et l’inclusion dans une société démocratique. En décomposant le jargon complexe et la terminologie juridique, le gouvernement peut communiquer efficacement ses politiques et ses décisions au public et lui permettre de faire des choix éclairés et de participer plus activement aux affaires civiques. Construire un système de questionnement comme ChatGPT au-dessus de la loi est vraiment simple. Les entreprises devraient également être obligées de simplement parler aux clients. Éliminez complètement les lettres minuscules incompréhensibles.

La version complexe comprend un langage juridique dense et une formulation formelle, ce qui peut rendre la compréhension difficile pour de nombreuses personnes. En revanche, la version simplifiée véhicule les mêmes informations essentielles dans un langage clair et courant, plus accessible et plus facile à comprendre pour la majorité de la population.

Une version complexe d’une loi

En cas de non-respect par le locataire des termes convenus d’un contrat de location, le propriétaire fournira au locataire un avis écrit détaillant la nature de la violation et les mesures correctives requises. Le locataire disposera d’un délai raisonnable, ne pouvant excéder trente jours, pendant lequel il devra remédier au manquement précité sous peine d’engager une procédure judiciaire concernant la résiliation du contrat de location et l’expulsion des lieux.

Une version simple de la loi

Si un locataire enfreint les règles de son bail, le propriétaire doit lui donner un avertissement écrit expliquant ce qu’il a fait de mal et comment y remédier. Le locataire dispose de 30 jours pour résoudre le problème ou faire face à des poursuites judiciaires pour résilier son bail et l’expulser de la propriété.

Élections sémitiques pour la Knesset et le Premier ministre

Quel est le problème de choisir un parti comme en Israël ?

Aujourd’hui, il y a un « modèle » qui vend le parti, et avec lui, vous obtenez une liste de candidats pour lesquels vous n’avez pas vraiment voté et pour lesquels vous n’auriez probablement pas voté, il suffit de regarder les gens qui sont entrés à la Knesset israélienne récemment. ans, je ne veux pas les insulter donc je ne dirai pas de noms. J’espère aussi qu’il y aura un problème de « modèle » et pas seulement de « modèle ». Aux États-Unis, les candidats sont choisis nommément, c’est-à-dire une élection nominale pour le Sénat et le Congrès, et dès que la méthode d’élection est l’élection directe, un parti ne nommera pas de personnes indignes, car le public ne les élira pas. Vous pouvez voir les différences dans le niveau des membres du Congrès aux États-Unis par rapport à la Knesset en Israël. Il y a peu de membres du Congrès et du Sénat qui se situent à un niveau bas. La solution est simple, une élection directe de chaque candidat pour la Knesset, le Premier ministre ou la Chambre du gouvernement.

Aux États-Unis, des personnes spécifiques sont choisies

Aux États-Unis, lorsque les gens vont voter lors d’une élection, ils votent techniquement pour une personne et non pour un parti. Décomposons-le selon les différents types de choix.

Élections présidentielles

Tous les quatre ans, les Américains élisent un président et un vice-président. Bien que ces candidats soient généralement associés à un parti politique (comme les Démocrates ou les Républicains), les électeurs choisissent en réalité les candidats individuels au lieu de simplement soutenir le parti. Ainsi, si vous votez pour Jane Doe qui est démocrate, vous votez techniquement pour Jane Doe, pas pour le Parti démocrate.

Élections au Congrès

Le Congrès américain se compose de deux parties : la Chambre des représentants et le Sénat. Les membres de la Chambre ont un mandat de deux ans, tandis que les sénateurs ont un mandat de six ans.

Chambre des représentants : Chacun des 435 districts des États-Unis élit une personne pour le représenter à la Chambre. Comme lors des élections présidentielles, même si les candidats sont souvent associés à un parti politique, les électeurs choisissent celui qui, selon eux, représentera le mieux leur circonscription.

Élections à St

Chaque État américain, quelle que soit sa taille, élit deux sénateurs. Les élections sénatoriales sont échelonnées, ce qui signifie qu’environ un tiers seulement des 100 sièges du Sénat sont à pourvoir tous les deux ans. Encore une fois, vous votez pour une personne et non pour un parti.

Dans tous ces cas, les électeurs élisent les personnes qui, selon eux, représenteront le mieux leurs intérêts, que ce soit au niveau national (en tant que président ou sénat) ou au niveau local (à la Chambre des représentants). Même si le parti politique d’un candidat peut en dire beaucoup sur ses convictions et ses politiques, les élections consistent toujours à élire une personne et non un parti.

La loyauté va à l’électeur et non au chef du parti

Lors d’élections personnelles où les électeurs choisissent des candidats individuels au lieu de voter pour une liste de parti, le choix du Premier ministre, de la Maison du Gouvernement et de la Knesset présente d’énormes avantages. Il y a par exemple un impact important sur la qualité des élus. Même s’ils appartiennent à un parti, ils se sentiront loyaux envers les gens qui les ont élus et non envers le chef du parti qui les a inscrits sur la liste. En augmentant la représentation locale, les élections en personne peuvent renforcer les relations entre les représentants et leurs électeurs, car les candidats sont plus susceptibles d’avoir une compréhension approfondie des questions et des problèmes locaux. Cela peut garantir la réalisation de solutions plus ciblées et plus efficaces qui répondent aux besoins spécifiques de leurs communautés.

De plus, lorsque les électeurs choisissent des candidats individuels au lieu de voter pour un parti, les représentants sont davantage responsables envers leurs électeurs. Cela pourrait les encourager à être plus sensibles aux problèmes locaux et à travailler plus dur pour tenir leurs promesses électorales.

Talent et capacité, pas politique

Les élections personnelles déplacent l’accent de l’affiliation à un parti vers les candidats eux-mêmes et encouragent les électeurs à évaluer leurs qualifications, leur expérience et leurs positions politiques. Cela pourrait promouvoir un processus de sélection plus axé sur les problèmes et plus méritocratique (axé sur les talents et les capacités).

Il n’existe pas de liste prête d’hommes d’affaires

Les loyalistes du chef du parti ne sont pas automatiquement inclus, ce qui est un gros problème. Je ne veux pas citer les noms qui sont entrés à la Knesset ces dernières années en tant que loyalistes du leader, afin de ne pas les offenser, mais à mon avis, le public ne le ferait pas. élisez-les directement à la Knesset. Les élections en ligne et en face-à-face réduisent l’influence du favoritisme politique et du népotisme et permettent un processus de sélection plus méritocratique qui garantit que seuls les candidats les plus qualifiés et les plus méritants accèdent au sommet. Contrairement à ce qui se passe aujourd’hui en Israël, où le parti détermine qui entre à la Knesset, avec cette méthode, le peuple contrôlera chaque représentant qui entre à la Knesset.

Les élections personnelles peuvent également réduire le pouvoir des dirigeants des partis et l’influence des programmes des partis sur l’élaboration des politiques. Cela permettra un processus législatif plus indépendant et délibératif où les représentants seront libres de voter selon leur conscience et selon les intérêts de leurs électeurs.

Une plus grande diversité de représentation

En l’absence de limitation des candidats aux listes de partis ou aux idéologies, les élections personnelles peuvent conduire à un plus large éventail de candidats, et donc à un Congrès avec un plus large éventail de points de vue et d’idées.

En raison de la moindre importance accordée à la loyauté envers le parti, les élections en personne peuvent favoriser une atmosphère plus coopérative et bipartite, comme au Congrès. Les représentants peuvent être plus disposés à travailler au-delà des lignes partisanes pour trouver un terrain d’entente et élaborer des solutions politiques efficaces.

Le Canada, l’Australie et le Japon choisissent également des candidats et non des partis

Le Canada, l’Australie et le Japon utilisent des systèmes électoraux uniques qui mettent l’accent, de différentes manières, sur l’importance des candidats individuels, parfois parallèlement ou au-dessus de leur affiliation à un parti. Dans le système canadien, les députés individuels représentent des circonscriptions spécifiques. Cela nécessite que les candidats soient impliqués dans les affaires locales et établissent une réputation personnelle, indépendante de leur affiliation à un parti. Certains députés canadiens ont développé au fil du temps des marques personnelles fortes qui restent résilientes même si la popularité de leur parti décline. L’Australie, quant à elle, combine un système de vote préférentiel pour sa chambre basse avec un vote unique transférable pour le cent. Alors que les grands partis dominent la chambre basse, le Sénat connaît souvent une représentation diversifiée comprenant des personnes non affiliées aux partis primaires. Cette mixité garantit qu’un plus large éventail de points de vue est pris en compte, et les principaux partis doivent dialoguer avec ces diverses voix et proposer un dialogue législatif plus riche. Le Japon intègre son approche électorale en combinant plusieurs circonscriptions avec un système de représentation proportionnelle. Dans les circonscriptions similaires à l’approche canadienne, les candidats individuels doivent obtenir plus de voix que leurs concurrents, mettant ainsi l’accent sur leur pertinence locale et leurs liens avec les électeurs. Cette intégration dans le système japonais harmonise la politique des partis avec l’influence individuelle, permettant aux hommes politiques capables d’exprimer les préoccupations locales d’établir une présence politique significative. La tendance de certains des pays les plus riches du monde à combiner des systèmes valorisant les hommes politiques individuels s’explique par plusieurs raisons fondamentales. Les démocraties établies, que l’on trouve souvent dans les pays riches, ont besoin de stabilité politique. En élisant des représentants plutôt que des partis, ces systèmes peuvent contrer une polarisation extrême et favoriser la coopération bi ou multipartite. Ces pays, avec leur diversité économique et régionale, bénéficient de candidats individuels capables d’exprimer les préoccupations uniques de leurs électeurs tout en garantissant des politiques nationales qui reflètent les divers besoins locaux. En outre, pour lutter contre la domination incontrôlée des partis, l’accent mis sur les individus peut garantir que les points de vue multiples sont pris en compte dans la prise de décision. Les complexités économiques des pays prospères nécessitent des solutions politiques diverses qui sont souvent mieux prises en compte lorsqu’un plus large éventail d’opinions politiques existe au sein des organes législatifs. De plus, à mesure que ces démocraties mûrissent, les électeurs commencent à exiger une représentation plus nuancée, recherchant souvent des candidats qui font preuve d’intégrité et d’expertise au-delà des manifestes des partis. Dans l’ensemble, les systèmes politiques de ces pays ont évolué pour s’adapter aux changements des besoins sociaux, de la dynamique mondiale et de la croissance de leurs économies, reflétant un équilibre entre les objectifs généraux des partis et les besoins spécifiques des circonscriptions.

Comme Google uniquement pour le gouvernement

Qu’est-ce que la loi de la spirale ?

La Loi Spirale est l’une des choses les plus importantes à tirer de la libre pensée.

Ce processus fonctionne partout ; Essayez, obtenez des commentaires, améliorez-vous, réessayez, etc. Notre cerveau fonctionne exactement comme ça, c’est comme ça que nous apprenons à suivre un exemple.

Pour qu’Israël, et en fait n’importe quel pays, puisse améliorer la vie de ses citoyens pour les générations à venir, le processus doit être continu et ne jamais s’arrêter, l’environnement change et la nature des citoyens aussi, donc tous les mécanismes gouvernementaux doivent constamment être soumis à des changements. ajustements et essais.

Il existe une formule simple pour le développement d’un système : le modèle en spirale.

Dans ce modèle, appelé Flywheel en anglais, ils mettent constamment à niveau et vérifient si cette mise à niveau améliore le produit ou le service. Le service de l’administration est la prospérité des habitants, il y a toute une section sur la façon de la mesurer facilement. Il existe un livre légendaire sur la méthode du volant d’inertie de Jim Collins.

Tesla a été construite selon la méthode de la spirale

Je conduis une Tesla ces jours-ci dans la Silicon Valley. J’ai acheté la Tesla pour voir si cela valait la peine d’acheter le stock, et quand j’ai parcouru les cent premiers mètres, j’ai tout compris, c’était comme l’iPhone de 2009, plusieurs niveaux au-delà de ce que je connaissais. Tesla a des mises à niveau logicielles, et avec chacune de ces mises à niveau, je remarque que la voiture roule mieux toute seule, c’est exactement le volant d’inertie construit par Elon Musk, la voiture s’améliore tous les quelques mois. Vous ne pouvez pas comprendre Tesla sans en conduire une. Je l’ai loué sur l’application Turo. J’ai aussi essayé Lucid et découvert que c’était encombrant et qu’ils faisaient exactement le contraire de Tesla, ils compliquaient ce que voit le conducteur, bref j’ai fait un raccourci dessus juste pour jouer un peu et récupérer le coût du voyage pour l’ensemble famille depuis un an. Il a remboursé le coût du voyage.

La méthode spirale en matière de gouvernance

Imaginez maintenant la méthode spirale du gouvernement : l’améliorer constamment, en fonction de la prospérité des citoyens, et non par des conjectures ou de fausses manipulations médiatiques.

Non seulement les services destinés aux habitants, tels que l’économie, la santé, la qualité de l’environnement et l’éducation, ont besoin d’être améliorés, ce qui constitue une spirale en soi, mais, par-dessus tout, le système gouvernemental a besoin d’un mécanisme qui l’améliore et l’organise constamment, et c’est ce que j’appelle ci-dessous la « maison du gouvernement ».

Si vous vous dites « Le gouvernement n’est pas une entreprise commerciale », je pense que vous vous trompez. Améliorer une entreprise, c’est comme améliorer la gouvernance et vous pouvez apprendre beaucoup des processus des entreprises sur une bonne forme de gouvernance.

Si des méthodes d’amélioration continue, de retour d’information, d’expérience et ensuite de poursuite de l’amélioration sont introduites dans tous les domaines du gouvernement en Israël, Israël sera le pays le plus éclairé au monde avec une prospérité de ses habitants jamais vue auparavant. La terre. Nos ennemis autour n’ont fait que nous aider à nous détériorer et ne nuisent pas à notre éventuelle prospérité.

Vous ne pouvez faire le bon choix que lorsque vous mesurez

Si vous n’avez pas la force de tout lire, prenez celui-ci – en fin de compte, nous aimerions que l’administration fasse simplement ce qu’il faut. Cela signifie que l’intérêt du gouvernement devrait être « la prospérité à long terme des résidents et de l’environnement ». Ce sont des paramètres qui devraient être maximisés et mesurés ! L’un des moyens d’y parvenir est de séparer la police, le gouvernement, le juge et la Knesset.

Comme Franklin D. Roosevelt

Exactement ce que Franklin a fait aux États-Unis pendant la Grande Dépression , la loi « Parrot » devrait être appliquée et mise en œuvre en Israël dans tous les domaines, afin de donner naissance à un nouveau pays.

Franklin D. Roosevelt, également connu sous les initiales FDR, fut le 32e président des États-Unis, accomplissant quatre mandats sans précédent entre 1933 et 1945. Sa présidence, qui s’est étendue sur la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, a été caractérisée par son audace et sa volonté d’expérimenter de nouvelles approches de gouvernance.

Le point de vue de Roosevelt peut être résumé dans l’une de ses citations les plus célèbres : « Il est de bon sens de prendre une méthode et de l’essayer. Si cela échoue, admettez-le honnêtement et essayez-en un autre. Mais surtout, essayez quelque chose. » Cette philosophie est devenue le principe directeur de ce qui sera plus tard appelé le New Deal.

Mis en œuvre en réponse à l’impact économique dévastateur de la Grande Dépression, le New Deal de FDR était une série de programmes expérimentaux, de projets de travaux publics, de réformes financières et de réglementations. Ces programmes sont conçus pour soulager les chômeurs et encourager la reprise économique. Ces idées étaient révolutionnaires à l’époque, représentant un changement sismique dans la relation entre le gouvernement et ses citoyens et élargissant le rôle du gouvernement fédéral dans l’économie.

Certains des programmes les plus importants du New Deal comprenaient le Civilian Conservation Corps (CCC), la Public Works Administration (PWA), l’Agricultural Adjustment Administration (AAA) et la Social Security Administration (SSA). Chacun de ces programmes constituait une nouvelle expérience de gouvernance et représentait l’engagement de Roosevelt en faveur de solutions innovantes.

L’approche de Roosevelt s’étendait au-delà de la politique intérieure. Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants de FDR se caractérisent à nouveau par une volonté de repousser les limites. Par exemple, le Lend-Lease Act de 1941 représentait une nouvelle approche visant à fournir un soutien aux pays alliés sans impliquer directement les États-Unis dans le combat. Il s’agissait d’une solution pragmatique et innovante qui a remodelé la politique étrangère américaine et son rôle dans le monde.

En plus de ces changements politiques importants, Roosevelt a également introduit des innovations dans la manière dont la présidence communique avec le public américain – ses « discussions au coin du feu » – des émissions de radio s’adressant à la nation – étaient une nouvelle façon pour un président d’atteindre les citoyens directement et fréquemment. Il s’agissait d’une utilisation pionnière du média relativement nouveau qu’est la radio pour la communication politique.

Malgré les critiques et l’opposition politique, Roosevelt était inébranlable dans sa volonté d’expérimenter de nouvelles stratégies. Sa volonté d’essayer de nouvelles choses, même face à l’incertitude et à un échec potentiel, fait partie de ce qui définit son héritage présidentiel.

Tout au long de ses douze années au pouvoir, FDR a fait preuve d’une approche pragmatique et expérimentale du leadership. Sa volonté de risquer l’échec dans la recherche de solutions à des défis sans précédent a redéfini le rôle du gouvernement dans la société américaine, créant des précédents qui continuent de façonner la politique aujourd’hui.

Indice de prospérité des citoyens

Au niveau privé et politique, on a tendance à penser qu’il est important de maximiser l’argent, mais en fait c’est une erreur ; au niveau de l’État, il faut maximiser l’indice de prospérité des habitants, qui inclut également la santé.

objectif de mesure

Le rôle du gouvernement est de donner aux citoyens les moyens de s’épanouir et de prospérer, mais sans trop intervenir, l’équilibre à cet égard est essentiel.

Afin de caractériser la méthode, nous devons comprendre le but que nous visons. L’objectif est de provoquer la prospérité des citoyens et il se compose de deux variables :

  • La santé des citoyens – une mesure facile à calculer – comprend, par exemple, le poids ou le nombre de visites chez le médecin.
  • La satisfaction des citoyens à l’égard de la vie en Israël – une mesure facile à tester à l’aide d’un questionnaire, et qui peut être testée via une application nationale qui intégrera tous les services et communications entre le gouvernement et les citoyens – et qui sera développée par le ministère du Numérique .
  • L’intelligence des citoyens – mesurer l’intelligence des citoyens aidera à inciter le gouvernement à améliorer l’éducation. Les principales raisons de la détérioration de l’intelligence moyenne de la population sont la détérioration du système éducatif, le manque de lecture et le manque de visionnage d’écrans et de vidéos. La seule façon d’inverser la tendance est de révolutionner le système éducatif et le système gouvernemental en Israël. Pour ceux qui ont besoin d’une preuve numérique que l’intelligence moyenne diminue, vous pouvez voir cette étude .

Un système de gouvernement qui affecte le plus la prospérité

Dans différents pays du monde, il est facile de constater qu’un système de bonne gouvernance est le facteur qui influence le plus la prospérité des habitants. Un système de gouvernance, comme un système d’exploitation pour ordinateurs, ne fonctionnera pas correctement sans des mises à jour fréquentes – mais en pratique, il ne reçoit pas ces mises à jour car il n’existe aucun organisme responsable de ces mises à jour.

Les ordinateurs ne se mettent pas à jour eux-mêmes, mais reçoivent des mises à jour de Microsoft ou d’Apple. C’est exactement ainsi que le système de gouvernance doit recevoir une mise à jour, non pas de la part de l’organe directeur, mais d’un tiers externe. Cette partie externe est la chambre du gouvernement ou chambre haute.

Séparation des pouvoirs et constitution

La Knesset ne fait que légiférer et non gouverner

La Knesset est l’autorité législative d’Israël, la Chambre des représentants. Il est composé de 120 membres élus lors d’élections démocratiques secrètes, dans le cadre d’un processus distinct des élections présidentielles et des élections à la Chambre du gouvernement.

Dans le nouveau système, l’adhésion à la Chambre des représentants sera limitée à quatre mandats (16 ans), en plus des conditions minimales d’éligibilité.

Gouvernement – séparé de la Knesset et établissant un pouvoir exécutif

Le gouvernement est composé de ministres et d’un président, il est subordonné à la Knesset et est chargé de gérer toutes les branches du pouvoir exécutif.

Le poste de Premier ministre en Israël sera combiné avec celui de président du pays, comme c’est l’habitude dans le système de gouvernement américain, et il sera limité à deux mandats pour l’ensemble de sa vie.

Les ministres sont élus et nommés uniquement par le président sortant, avec l’approbation de la Maison du Gouvernement. Les ministres auront une formation professionnelle pertinente pour le ministère qu’ils dirigeront et rempliront les conditions minimales établies par la Chambre du gouvernement.

Une personne ayant exercé les fonctions de ministre ne sera pas autorisée à exercer les fonctions de membre de la Chambre du gouvernement ou de la Chambre des représentants.

La séparation entre gouverneur et législateur a été bien décrite dans le livre de Herzl « Altneuland » : « Les postes salariés sont pourvus uniquement sur la base des qualifications professionnelles des candidats. Les hommes d’affaires partisans, quel que soit leur parti, se heurtent à de sains préjugés de la part de l’ensemble du public. Il est interdit aux fonctionnaires en activité de participer aux débats publics.

Judiciaire

En Israël, les pouvoirs judiciaires sont confiés au pouvoir judiciaire. Le système judiciaire comprend le système judiciaire israélien, dirigé par la Cour suprême et les tribunaux. Il existe trois tribunaux dans le système judiciaire : la Cour suprême, les tribunaux de district et les tribunaux de première instance. L’indépendance du pouvoir judiciaire est garantie contre l’ingérence des autorités législatives et exécutives.

Autorité pour déterminer les règles du jeu – « Government House »

La Maison du Gouvernement est en charge du système électoral et des questions liées aux élections.

Le gouvernement ne peut pas se réparer lui-même, c’est la nature des organismes publics et privés (et des êtres humains aussi). C’est pourquoi il faut une nouvelle institution à laquelle on fera confiance pour changer la structure du gouvernement, les élections, l’assimilation des nouvelles technologies et l’adaptation de la structure à la nouvelle réalité en constante évolution !

Le rôle de la Chambre de gouvernement est de maintenir la démocratie juive et d’adapter le système de gouvernement et d’élections à la réalité changeante, de corriger les défauts et d’optimiser les processus par 24 membres (ou tout autre nombre raisonnable) qui sont parmi les plus sages et les plus honnête de la nation.

La Chambre du Gouvernement s’occupe de la structure organisationnelle et non des décisions et parmi ses fonctions de supprimer ou d’ajouter des bureaux, comme le ministère de la Consommation ou le ministère des Destinations.

Les individus, les entreprises et les pays doivent s’adapter à la réalité changeante pour réussir (comme l’écrit Jim Collins dans son livre « Built for Forever »). La Maison du Gouvernement est conçue exactement pour cela : garantir que le système (le système d’exploitation du gouvernement) sera à jour et fournira une bonne infrastructure pour gérer le pays.

Conditions seuils d’éducation et d’expérience pour l’élection à la Chambre du gouvernement : une personne qui n’a pas été associée à un parti dans le passé (n’était pas membre du gouvernement ou de la Knesset) en combinaison avec d’autres conditions seuils, telles qu’un âge minimum de 40 ans, d’anciens juges de district, d’anciens sous-champions, un doctorat d’universités reconnues, un certain niveau d’éducation en Torah Et à condition qu’ils aient acquis au moins 10 ans d’expérience dans ce domaine.

La Maison du Gouvernement nommera 24 élus qui seront élus par le peuple lors d’élections démocratiques secrètes. Chaque membre élu exercera ses fonctions pendant six ans.

Les élections des membres élus de la Maison du Gouvernement auront lieu tous les deux ans et à chacun de ces tours, 8 membres élus seront proposés à la réélection. La raison en est qu’il y aura toujours au sein de la Chambre des représentants des membres expérimentés et qu’ils ne seront pas tous remplacés en même temps ; Ainsi, tous les deux ans, un tiers des élus sont remplacés.

Exemples de postes au sein du gouvernement :

  • L’ajout ou la suppression d’un poste gouvernemental sera considéré comme un changement de gouvernement et nécessitera l’approbation des élus de la Maison du Gouvernement.
  • Contrôle du fonctionnement de la Chambre des représentants (Knesset).
  • Inspection de la non-application des lois – s’il existe une loi qui n’est pas appliquée – annulez-la ou appliquez-la.
  • Élections numériques.

Une Constitution pour nous protéger de nous-mêmes

Chaque nation, y compris Israël, a besoin d’une constitution pour plusieurs raisons, par exemple pour préserver la liberté en général et la liberté personnelle en particulier. Un exemple de cette protection serait de garantir aux individus le droit à la liberté d’expression. Une autre raison est la promotion de la cohésion entre les citoyens, qui peut être obtenue en établissant un ensemble commun de valeurs et de principes que chacun peut respecter.

En outre, une constitution peut aider à résoudre les différends en fournissant un cadre de résolution des conflits. Par exemple, s’il existe un différend entre deux parties concernant les droits de propriété, la constitution peut définir les voies juridiques appropriées pour résoudre le problème. En outre, les constitutions servent de base au système juridique d’un pays et guident les tribunaux dans leurs processus décisionnels.

Certains principes essentiels de la constitution, comme celle d’Israël, incluent la reconnaissance du pays comme État juif, démocratique et présidentiel. Cela garantit la préservation de l’identité culturelle unique du pays tout en préservant les valeurs démocratiques.

Un autre principe essentiel est l’avantage des amendements constitutionnels, car les sociétés se développent et les systèmes doivent s’adapter en conséquence. Par exemple, les États-Unis ont amendé leur constitution 27 fois pour répondre à diverses questions sociales, politiques et économiques.

Une constitution devrait également définir clairement l’étendue de la liberté d’une personne, ainsi que les circonstances dans lesquelles ces droits peuvent être limités. Par exemple, la liberté d’expression peut être limitée dans les cas où elle incite à la violence ou constitue une menace pour la sécurité nationale.

Enfin, la séparation des pouvoirs est un aspect crucial d’une constitution. Cela signifie une répartition des pouvoirs entre le pouvoir législatif (par exemple la Chambre des représentants), le pouvoir exécutif (par exemple le président et le gouvernement qu’il nomme) et le pouvoir judiciaire (par exemple les tribunaux). Cette séparation permet d’éviter la concentration du pouvoir entre les mains d’une seule autorité et de maintenir un système de freins.

Élections en ligne

Je ne trouve pas un seul inconvénient

Dans la prévention du vote en ligne, il n’y a pas de complot, les gouverneurs croient simplement à des absurdités en matière de secret et de sécurité. Lorsqu’un responsable informatique m’a dit qu’il était dangereux de voter en ligne à cause des contrefaçons, j’ai compris pourquoi cela n’avait pas été fait depuis des décennies, par peur de l’inconnu. Après tout, des milliards de shekels sont transférés chaque jour sans contrefaçon, ce qui est évidemment également possible pour le vote en ligne.

Les élections en ligne et en personne offrent de nombreux avantages, notamment une commodité accrue, des coûts réduits, une participation électorale plus élevée et une sécurité améliorée. Quand j’essaie de penser aux inconvénients, je n’en trouve pas un seul.

Des transferts de millions de dollars – oui, et des élections en ligne – non ?

Lorsque j’étais PDG de Plus500, j’ai transféré un million de NIS et signé des accords valant des centaines de millions de NIS et tout cela en appuyant sur un bouton et avec un sentiment de sécurité totale dans ces systèmes, bien plus qu’un fax ou un appel téléphonique. Aujourd’hui, la personne moyenne signe également son prêt hypothécaire de manière numérique. Ce sont des décisions qui nous semblent plus fatidiques sur le plan personnel que des choix. Il est donc clair qu’il n’y a aucun obstacle aux élections en ligne.

Toutes les élections seront gérées numériquement par le comité électoral nommé par la Maison du Gouvernement.

Tous les quatre ans, un président d’Israël est élu lors d’élections juives numériques. Le président nomme les ministres professionnels du gouvernement qui ne sont ni membres de la Knesset ni membres du cabinet.

Tous les deux ans, 8 nouveaux membres sont élus à la Chambre du gouvernement et participent également à des élections numériques. Et tous les deux ans, 60 représentants sont élus à la Chambre des représentants lors d’élections numériques.

Voici quelques avantages des élections en ligne et à l’aveugle pour une personne en particulier :

Facilité de vote pour les citoyens

Le vote en ligne permet aux gens de voter dans le confort de leur foyer ou de leur lieu de travail et élimine le besoin de se rendre au bureau de vote. Ceci est particulièrement utile pour les personnes à mobilité réduite ou les personnes vivant dans des zones reculées.

Petit budget pour les élections

Le vote en ligne réduit le besoin d’infrastructures physiques telles que les bureaux de vote et les isoloirs. Cela conduit à des économies significatives, libérant des ressources qui peuvent être allouées à d’autres domaines importants, tels que l’éducation ou la santé.

pas de jour de congé

Puisque les gens peuvent voter en ligne à leur convenance, il n’est pas nécessaire de prévoir un jour férié pour faciliter le vote. Cela signifie que les entreprises et les écoles peuvent continuer à fonctionner, réduisant ainsi les perturbations de l’économie et de la vie quotidienne.

Réduire les risques de contrefaçon

Les systèmes de vote en ligne peuvent utiliser des mesures de sécurité avancées, telles que la technologie blockchain, pour garantir que les votes sont sécurisés et protégés contre toute falsification.

Il n’y a aucune note invalide

Lors des élections en ligne, le risque de votes invalides en raison d’erreurs humaines, telles que des bulletins de vote incorrects ou défectueux, est moindre.

Forte participation

La commodité du vote en ligne peut encourager une plus grande participation électorale, car les gens sont plus susceptibles de voter lorsque cela est facile et accessible.

Possibilité pour les Israéliens de voter également à l’étranger

Le vote en ligne permet aux citoyens vivant à l’étranger de participer aux élections dans leur pays d’origine sans avoir à y retourner. Cela peut conduire à une plus grande implication politique et à une plus grande représentation de ces personnes.

Résultats immédiats

Grâce au vote en ligne, les résultats peuvent être marqués et annoncés presque immédiatement après la clôture des bureaux de vote, éliminant ainsi les retards associés au dépouillement manuel des votes.

Possibilité de référendums facilement

Les plateformes de vote en ligne peuvent faciliter l’organisation de référendums sur des questions importantes et permettre une démocratie plus directe dans laquelle les citoyens ont immédiatement leur mot à dire sur les décisions politiques qui affectent leur vie.

Avantages d’un système présidentiel en Israël

Un système présidentiel en Israël permettra de traiter le problème et non le symptôme. Le traitement du problème est nécessaire une seule fois et évite le retour des symptômes. Un exemple de symptôme : Mandelblit est dépeint comme un homme véritable, au-dessus de la moyenne. Ilana Dayan a apporté une interview éclairante. Mandelblit dit à juste titre : « Je respecte la loi, et la loi dit de porter plainte. » Bibi dit naturellement : « Je ne l’ai pas fait. Je suis innocent. » Il a pleinement raison. Les deux ont raison ! Et bien sûr, il n’est pas juste de juger Binyamin Netanyahu sans procès et Mandelblit pour avoir suivi la loi et son interprétation de la loi. Mais quelle est la racine du problème ? Ce qui importe c’est la prospérité des citoyens et non la justice privée de Benjamin ou de Mandelblit. Pour le bien des citoyens, il est interdit pendant 7 ans de s’occuper de quelque chose qui m’intéresse en tant que citoyen – cela n’affectera pas l’éducation de nos enfants, ni l’argent que nous gagnons, ni notre niveau de santé. Pour la prospérité des citoyens, ils ont besoin d’une partie externe (Government House – une nouvelle autorité) pour intervenir lorsqu’il y a des bugs dans le système gouvernemental. Le problème ne vient pas de l’application, le problème vient du « système d’exploitation » ! C’est comme si mes enfants se disputaient dans le salon – il n’y a rien pour commencer à enquêter sur qui est à blâmer et qui est quoi – cela ne m’intéresse pas – mon problème est qu’ils se battent dans le salon. Si tel est le cas, la solution à long terme pour résoudre le problème et non le symptôme n’est pas d’enquêter sur les premiers ministres en exercice, mais de limiter la durée du mandat d’un premier ministre à deux mandats. Je préfère un Premier ministre qui ne se dérange pas et qui prend soin de nous, citoyens. Tout comme vous ne voulez pas que votre chirurgien (pas nous) vous opère avec un moustique dans l’œil. Une maison du gouvernement résoudrait le problème rapidement et définitivement. Des solutions de ce type devraient toujours entrer en vigueur à l’avenir et s’appliquer aux nouveaux entrants dans l’administration et non aux titulaires afin d’éviter un conflit d’intérêts.

Une période continue de fondateurs – aux États-Unis, le travail des fondateurs de Washington, Jefferson, Adams pour assimiler le système a créé l’empire américain uni, qui fonctionne depuis plus de 200 ans. Dans la méthode proposée, il y a une « période des fondateurs » continue avec un organisme qui, tout comme les fondateurs des États-Unis, est chargé de mettre à jour la méthode. Aujourd’hui, nous avons besoin d’un nouveau système d’exploitation et pas seulement d’une mise à niveau. Nous avons besoin d’un gouvernement stable pendant 4 ans.

Un bon système de gouvernance permet aux gens d’apprécier le travail de gouvernance à leur profit. L’État doit être considéré comme une entreprise qui a besoin d’un grand changement avant de faire faillite et c’est exactement la nouvelle méthode proposée.

Comment fonctionnera la méthode ?

  • Système de gouvernement présidentiel – un président élu qui nomme les ministres qui doivent être des professionnels dans leur domaine.
  • Changer le système électoral – élections présidentielles et législatives.
  • Chambre du gouvernement – une chambre haute chargée de vérifier et d’améliorer le gouvernement.
  • Séparation des autorités – grâce à la séparation des autorités, les intérêts conflictuels seront éliminés. En général, une telle séparation fonctionne très bien dans l’armée, dans le développement de logiciels et bien plus encore. Il montre où se situent les problèmes et permet de mettre à niveau une partie du système sans endommager l’ensemble du système.
  • Indice de réussite gouvernementale – un indice numérique qui sera publié chaque mois et comprendra des données sur la prospérité des citoyens et de l’État. Les dirigeants seront testés sur les résultats de l’indice de prospérité à la fin de leur mandat, ce qui les fera réfléchir à long terme (comme les PDG qui sont testés sur le profit). Cet indice ne peut être atteint que par une application nationale qui consolidera tous les services et communications entre le gouvernement et les citoyens – qui sera développée par le ministère du Numérique .
  • Recherche et développement – devraient être effectués par un organisme politiquement indépendant (tel que les tribunaux non politiquement indépendants). La recherche ne doit pas seulement être théorique, mais aussi pratique et soutenue par l’expérimentation et les enseignements tirés avant de mettre en œuvre la méthode à l’échelle nationale. La seule mesure du succès devrait être la mesure de la prospérité des résidents. En outre, un budget important doit être consacré au développement, à la recherche et à l’amélioration du système de gouvernance. Malgré l’énorme impact que peuvent avoir une telle recherche et développement, elle ne dispose aujourd’hui d’aucun budget.

Avec un système de gouvernance approprié, l’avenir du pays ne dépend pas d’un dirigeant ou d’un autre, car le système peut être modifié par l’administration comme dans l’armée de l’air – il existe un système qui fonctionne pour former des pilotes, et le système est constamment en cours de mise à jour et de modification.

Et l’indice peut rassembler des dirigeants notés 5 étoiles.

Quel est le bénéfice moyen ?

Le principe suivant est important et crucial dans une bonne gouvernance : il s’agit du « principe du profit moyen pour les citoyens ». Si 50 % subissent 10 unités et 50 % gagnent 20 unités – cela représente un profit moyen de 10 unités, regardez toujours le profit moyen pour augmenter la prospérité des résidents. Il est important de considérer le profit moyen, car il n’y a pas de loi interdisant qu’il n’y ait pas de perdants.

Par exemple, sur la question de savoir s’il faut autoriser un quad aérien à survoler les colonies – ceux qui volent dans le quad – s’amusent, mais ils causent du bruit et des désagréments, disons, à 500 habitants touchés par la nuisance. Une conclusion simple ici est de ne pas autoriser un quad aérien à survoler ou à proximité des colonies, ni sur la plage. Une décision basée sur le profit moyen.

Vaut-il la peine de suivre des ex-délinquants quelques années après leur sortie de prison ?

Disons qu’un public de 8 millions de personnes bénéficiera de moins de délits et que 10 000 criminels se sentiront mal à l’aise parce que leur vie privée a été violée, le profit moyen par citoyen ici est extrêmement élevé.

Israël est libre – « Le Bloc de la Liberté »

Réunir la majorité du peuple dans le camp de la « liberté » – dans la mesure du possible : le pourcentage d’électeurs en faveur du bloc libre est différent des pourcentages de la population générale.

Les chiffres en 2023 sont :

  • laïque 44%;
  • Observateurs du Shabbat 24 % ;
  • orthodoxes 13 % ;
  • Arabes 20%.

En supposant que 80 % des laïcs, 50 % des observants du Shabbat, 30 % des Arabes, 15 % des ultra-orthodoxes puissent être ajoutés au bloc de la liberté – nous atteindrons 54 % dans le meilleur des cas pour faire passer Israël au protection de la minorité et un Israël libre. La première étape serait de s’unir. Un leader du bloc « Liberté ». Sans l’unification du « Bloc de la Liberté », il sera très difficile de protéger les ultra-orthodoxes d’eux-mêmes et, en général, les groupes minoritaires d’eux-mêmes. Les actions des groupes minoritaires leur nuisent à long terme.

Durant la période de la guerre froide, qui a duré de 1945 à 1991, le terme « monde libre » était généralement utilisé pour désigner le bloc occidental et ses pays associés. Le terme avait une connotation plus large qui englobait toutes les démocraties libérales, par opposition aux régimes autoritaires tels que les pays communistes. Les pays alignés sur l’Occident, dont les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN, étaient les principaux sujets du terme. L’expression « leader du monde libre » était souvent utilisée pour suggérer un leadership symbolique et éthique, en particulier pendant la guerre froide, lorsque le président des États-Unis servait de point de référence.

Le problème en Israël ne réside pas seulement dans le système juridique, le problème réside également dans le système éducatif et le système de santé et, en vérité, dans la plupart des systèmes économiques. Partout où je regarde, je vois de la négligence, et ça fait mal parce que la situation empire au lieu de s’améliorer. En tant qu’Israéliens, nous cherchons le coupable et les solutions magiques, mais le coupable n’est pas un être humain, ni les gauchistes ni les droitiers, ni les Arabes ni les ultra-orthodoxes. La faute réside dans le système de gouvernement. Ce. Dans des situations similaires dans le monde, les premiers à échapper à une telle détérioration sont les dirigeants de l’économie, et cela commence par nous aussi : ce n’est pas du bruit, c’est un signal important.

Il est très étrange que les gouvernements investissent des milliards de dollars dans des expériences de physique, des infrastructures de recherche médicale, etc., mais il n’y a presque aucun budget pour la recherche d’une méthode de gouvernance idéale, qui affecte directement et plus largement la vie des habitants que les nouvelles technologies. le domaine de la santé ou la construction d’une nouvelle route.

Imaginez que vous deviez gérer votre maison avec vos pires ennemis autour de vous toute la journée.

C’est ainsi que fonctionne aujourd’hui la Knesset : au lieu de gérer l’économie à 100 % comme nous le souhaiterions, elle se livre à un jeu de survie qui inclut des votes de censure, le départ à la retraite de députés, la menace de retrait des petits partis, etc. Le résultat d’un système de bonne gouvernance est l’élection de dirigeants de qualité (comme une note de 5 étoiles) qui sont prêts à changer d’avis lorsqu’il y a de nouveaux faits, flexibles dans leur pensée et pensent comme des scientifiques (en fonction des faits et des informations et pas en fonction de leurs émotions), ainsi que des dirigeants qui font réellement ce qu’ils promettent. Aujourd’hui, le niveau moyen du pouvoir est très bas (une note de seulement 2 étoiles).

La « méthode de gestion » et la « gestion » doivent être modifiées d’un pas courageux, comme on dit – et une heure plus tôt, c’est bien. Depuis le jour de sa fondation jusqu’à aujourd’hui, Israël est dans un état d’urgence chronique selon les autorités gouvernementales, de nombreuses actions inappropriées ont été menées depuis 1948 jusqu’à aujourd’hui et ils n’ont pas jugé bon de corriger cette situation – dit Darshani.

Il convient de lire le parti pris « Je suis grand et je suis belle car sinon je ne serais pas sur scène » ou par son nom court « Je suis sur scène » pour comprendre ce que doit empêcher un système de bonne gouvernance.

À quoi ressemble un système de gouvernance ?

Le bureau numérique – le bureau le plus important au monde

Le rôle du Ministère du Numérique est d’optimiser les services numériques pour les citoyens.

Le ministère du Numérique gère la société gouvernementale Rafad – l’Autorité pour le développement des moyens numériques. Tout comme Raphaël, uniquement dans le domaine du numérique – Raphaël a contribué à la sécurité de l’État et exactement de la même manière, le ministère du Numérique contribuera à l’optimisation de tous les processus dans le pays. Aujourd’hui, il existe un énorme fossé en matière de numérisation entre le monde privé et monde public (services en ligne : applications, sites internet, paiements en ligne, remplissage de documents, demandes, etc.). Tout le monde possède un téléphone portable, ce qui n’était pas le cas à l’ère de l’informatique. Il existe donc un moyen simple d’optimiser toutes les activités de l’État, à savoir la numérisation complète de l’ensemble de l’économie.

L’ajout d’un bureau numérique changera la façon dont les décisions sont prises : les décisions basées sur l’émotion et la politique seront abandonnées au profit de décisions basées sur les données.

Demande nationale

Le développement d’une application nationale peut améliorer considérablement la relation entre le gouvernement et ses citoyens. En centralisant divers services et fonctions, les gouvernements peuvent rationaliser les processus, accroître l’efficacité et améliorer la satisfaction globale des citoyens. Voici quelques exemples du monde entier :

  • Estonie – La petite nation balte d’Estonie a mis en œuvre un système de gouvernement électronique très efficace connu sous le nom d’e-Estonie. Ce système comprend une carte d’identité numérique sécurisée qui permet aux citoyens d’accéder à divers services gouvernementaux, tels que le vote, la déclaration de revenus et l’accès aux dossiers de santé, le tout via une plateforme unique.
  • SINGAPOUR – La cité-État de Singapour a développé l’application mobile SingPass qui permet aux citoyens d’accéder à plus de 1 000 services gouvernementaux via une connexion unique et sécurisée. Grâce à SingPass, les citoyens peuvent facilement communiquer avec les agences gouvernementales, participer aux votes locaux et nationaux et effectuer diverses transactions personnelles et professionnelles.
  • Inde – Le programme indien Aadhaar fournit des numéros d’identification uniques à tous ses résidents. Aadhaar sert de plateforme d’identité numérique qui permet aux citoyens d’accéder aux services gouvernementaux, d’ouvrir des comptes bancaires et de recevoir des subventions. La plateforme simplifie les processus tels que la déclaration de revenus et la distribution des aides sociales, ce qui conduit à un système plus efficace et transparent.

En s’inspirant de ces exemples, une candidature nationale pourrait offrir les fonctionnalités suivantes :

  • Identification nationale unifiée – Un système d’identification unique, tel que la carte d’identité numérique de l’Estonie ou l’Aadhaar de l’Inde, qui authentifie les citoyens ou les entreprises auprès de divers services gouvernementaux.
  • Communication améliorée : une plate-forme similaire à l’application SingPass de Singapour qui permet une communication transparente entre les citoyens et les agences gouvernementales.
  • Vote et référendums – Les votes locaux et nationaux, ainsi que les référendums, peuvent être menés de manière sécurisée et efficace à l’aide de l’application nationale.
  • Déclaration et soumission fiscales – l’application peut permettre la déclaration et la soumission des déclarations fiscales sur le revenu de manière simple et sécurisée tout en rationalisant le processus pour les citoyens et le gouvernement.
  • Indice de prospérité des citoyens : l’application nationale peut collecter des données pour des enquêtes et d’autres mesures, aidant ainsi le gouvernement à évaluer et à améliorer le bien-être des citoyens.
  • Paiements – L’application peut faciliter les paiements sûrs et efficaces entre le gouvernement et les citoyens, y compris les subventions, les remboursements d’impôts et d’autres transactions.

Une union de tous les Juifs du monde

Autoriser les Juifs en dehors d’Israël à figurer dans la candidature nationale sous la rubrique « Juif non-résident ». leur permettre de voter sur certaines questions. Cette possibilité aboutira à l’unification de tous les Juifs du monde. Cela renforcera le lien direct d’Israël avec la diaspora, contribuera à encourager l’Aliya et un lien direct entre tous les Juifs du monde. Israël saura également combien de Juifs il y a dans chaque pays du monde, si nécessaire nous pourrons les activer.

Une telle application a un pouvoir énorme lorsqu’elle émane d’un État et non d’une entreprise privée.

Bien entendu, l’État n’a pas besoin de développer une telle application, mais de la lancer par appel d’offres.

Le bureau numérique est le surhomme de l’administration

Le ministère du Numérique, un organisme gouvernemental indépendant similaire au ministère de la Défense, qui dessert tous les ministères, devrait être responsable de la numérisation de toutes les institutions gouvernementales, un domaine dans lequel il est actuellement en retard. Le bureau devrait être dirigé par un PDG possédant une expérience avérée auprès des sociétés de logiciels prospères du secteur économique.

Les activités du bureau numérique devraient inclure la gestion des projets gouvernementaux par eux-mêmes et par l’externalisation, ainsi que la coopération avec des sociétés commerciales dans des projets de bureau. Par exemple, les banques peuvent se connecter à un système d’identification national et économiser des ressources lors de l’ouverture de nouveaux comptes. Cette coopération permettra de construire une infrastructure permettant aux entreprises commerciales de se connecter au système national de commerce électronique et d’offrir des services aux entreprises et aux citoyens.

L’accent doit être mis sur la préservation et le partage des informations afin de favoriser la confiance entre les dirigeants et les citoyens. En outre, le ministère doit viser l’excellence du service, en mesurant les performances et la satisfaction des citoyens au moyen d’enquêtes simples et conviviales. Après chaque projet, un rapport de suivi doit être rédigé avec des suggestions d’amélioration et d’optimisation. Des leçons doivent être tirées des réussites, des erreurs et des pratiques mondiales pour garantir une amélioration continue.

Le ministère du Numérique recrutera des professionnels du logiciel et des chefs de produits pour superviser la numérisation de toutes les institutions gouvernementales, telles que l’Assurance Nationale, le ministère de la Santé et le ministère des Transports (sites web, applications, documents numériques). Cette approche aidera à résoudre le problème du recrutement de logiciels et de chefs de produits appropriés pour le secteur public.

Chaque bureau gouvernemental devrait avoir un gestionnaire de code et une équipe numérique axée uniquement sur les employés du bureau. Même si le bureau numérique construira les systèmes technologiques, chaque bureau devra conserver une certaine autonomie en matière d’expansion et de gestion. Par exemple, le ministère du Logement peut employer des programmeurs et des graphistes pour développer un système en ligne d’achat et de vente de lots basé sur l’infrastructure du bureau numérique, tandis que le ministère du Logement se verra attribuer une équipe du bureau numérique pour faire fonctionner le système. .

Il serait bénéfique d’unifier les infrastructures de tous les systèmes économiques en un système national car ils partagent de nombreuses similitudes, telles que l’identification, la compensation des paiements, les bases de données, le service client, les cartes, les interfaces utilisateur, les alertes, les sites de gestion, les calculatrices, les achats, les mesures et statistiques. En numérisant tous les secteurs de l’économie et en empêchant les ministères de le faire seuls, le secteur public peut être nettement plus efficace.

Comment construire le bureau numérique

Afin de construire un nouveau bureau au sein du gouvernement connu sous le nom de bureau numérique, il est essentiel de commencer par nommer un PDG expérimenté et compétent, capable de constituer une équipe exceptionnelle. La capacité de ce leader à rassembler les bonnes personnes sera un facteur déterminant dans la réussite du nouveau bureau. Pour garantir un niveau élevé d’employés, il est essentiel d’établir des mesures de performance et de les évaluer en fonction de leur capacité à atteindre ou dépasser les mesures d’échec et de réussite.

Pour susciter l’enthousiasme et le soutien pour ce nouveau bureau, il doit être présenté comme un projet national. Cette approche encouragera les jeunes talents à rejoindre les rangs du ministère du Numérique en offrant des opportunités de service à ceux qui cherchent actuellement à s’enrôler dans l’armée. En soulignant l’importance de cette initiative, le gouvernement peut attirer une main-d’œuvre motivée et qualifiée.

En plus de ces stratégies, il est essentiel d’établir des régimes de rémunération compétitifs et reflétant les standards du marché de la haute technologie. En offrant des salaires comparables à ceux du secteur privé, le gouvernement peut s’assurer d’attirer les meilleurs talents disponibles pour le ministère du Numérique, contribuant ainsi au succès de ce nouveau ministère.

faire des bureaux du gouvernement de mauvais animaux

Le ministère du numérique améliorera chaque secteur gouvernemental en développant des fonctionnalités personnalisées à travers une application nationale ou des applications distinctes pour les différents ministères. Tout comme les ordinateurs rationaliseront les affaires, le bureau numérique devrait rationaliser le gouvernement. C’est ainsi que le bureau numérique améliorera les domaines suivants :

  • Éducation – Le Ministère du Numérique mesurera la satisfaction à l’égard du système éducatif afin de l’améliorer constamment. Le système comprendra l’envoi de messages aux parents, le transfert des autorisations de voyage et de vaccination, la rationalisation des plaintes et des traitements d’urgence.
  • Santé – Le ministère modernisera le système numérique du ministère de la Santé en coopération avec les caisses de santé et assurera une meilleure accessibilité et une meilleure gestion des services de santé.
  • Identification nationale – le bureau créera un système d’identification complet qui permettra une identification rapide, facile et sécurisée grâce à la reconnaissance faciale, à la numérisation d’empreintes digitales ou à la reconnaissance vocale.
  • Économie – grâce à la numérisation des processus économiques, le ministère améliorera l’efficacité et créera un système plus accessible et plus transparent pour les citoyens.
  • Monnaie numérique – le ministère développera une infrastructure pour un shekel numérique et ouvrira la voie à un système monétaire plus sûr et plus pratique.
  • La qualité de l’environnement – grâce au bureau numérique, un meilleur suivi et une meilleure gestion des données environnementales seront possibles, ainsi qu’une prise de décision plus éclairée et l’amélioration de la politique environnementale.
  • Juridique – le bureau facilitera la gestion en ligne des lois et des preuves. Un système similaire à Chatbot GPT peut être utilisé pour répondre aux questions sur les règles et réglementations.
  • Bien-être et égalité – le ministère mettra en œuvre des solutions numériques pour améliorer les services sociaux et promouvoir l’égalité d’accès aux opportunités et aux ressources.
  • Sécurité intérieure – le ministère améliorera la sécurité intérieure grâce à une meilleure coordination entre les agences et à un partage et une analyse plus efficaces des données.
  • Autorités locales – grâce à la numérisation des processus, le bureau permettra aux autorités locales d’offrir des services améliorés, d’améliorer la communication avec les citoyens et de prendre des décisions plus éclairées.
  • Logement – Le ministère rationalisera le secteur du logement en fournissant des plateformes en ligne pour l’achat et la vente de terrains et en améliorant l’accessibilité aux informations et aux services liés au logement.

Dans la Bible il est déjà écrit « dans les crimes du pays il y a beaucoup de ministres »

Comme dans les entreprises commerciales avec peu de vice-présidents, même dans un régime progressiste, les ministres devraient être choisis pour des raisons professionnelles et non pour satisfaire un certain groupe.

Les gouvernements à l’époque de la Bible étaient petits :

  • Dans le gouvernement du roi Saül, il n’y avait qu’un seul ministre : le ministre de l’armée (1 Samuel 1450).
  • Dans le gouvernement du roi David, il y avait 8 ministres (2 Samuel 23 :26-26).
  • Le gouvernement du roi Salomon comptait 11 ministres (1 Rois 4 : 2-6).
  • Dans le gouvernement d’Assuérus, roi de Perse et gouverneur de l’Inde jusqu’à Kouch sur 127 pays, il n’y avait que 7 ministres (Esther 1 : 14).

affaires internes

L’activité du ministère de l’Intérieur est très importante pour l’efficacité du travail de l’économie, et le ministère doit constamment améliorer ses mécanismes et recevoir des retours sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et investir dans ce qui fonctionne.

Il est possible d’apporter un énorme changement dans les activités du bureau, en investissant de l’énergie dans une immigration intelligente , dans un système d’identification national, dans des licences commerciales pratiques et en donnant du pouvoir et des primes aux autorités locales ! L’histoire montre qu’une immigration intelligente peut changer le visage du pays : des personnes ayant des qualités et des opinions différentes viennent dans le pays et le développent, comme l’ont fait les immigrants aux États-Unis, parmi lesquels Elon Musk, venu d’Afrique du Sud, et les fondateurs de Google qui venait de Russie. Si cela vous semble étrange, cela peut être comparé aux joueurs de renfort qui viennent de l’étranger dans les équipes de football et de basket-ball en Israël et y deviennent citoyens.

Changements clés dans les affaires internes

  • Numérisation – numérisation complète du ministère de l’Intérieur dans le but de comprendre combien coûte (en temps et en argent) la réception d’un service spécifique du ministère de l’Intérieur comme la création d’une entreprise, la demande d’un permis de travail, etc.
  • Annulation de tous les documents physiques – permis de conduire, carte d’identité, etc.
  • Gérer un système national d’identification – cela améliorera la concurrence entre les banques car il sera plus facile pour les particuliers d’ouvrir de nouveaux comptes bancaires et de s’identifier auprès des entreprises et de l’État.
  • Licence commerciale – selon la méthode acceptée aujourd’hui, vous obtenez une licence et commencez ensuite seulement à exploiter l’entreprise. La méthode souhaitée consiste à faire confiance aux propriétaires d’entreprise qui remplissent toutes les conditions de licence et à les laisser fonctionner, mais s’ils ne remplissent pas les conditions de licence, fermer l’entreprise et imposer de lourdes sanctions. Il est suggéré de le faire uniquement pour les entreprises de petite taille et dont l’ouverture ne met pas en danger la vie des civils. En conclusion : permettre aux entreprises de commencer immédiatement à travailler, de faire respecter la loi et de punir en conséquence si nécessaire.
  • Autorités locales – mesurant et recevant des budgets en fonction du bien-être des résidents. Chaque autorité locale a ses propres affaires, il est donc important de lui donner un grand pouvoir et une grande gouvernance sur les questions locales telles que les amendes, les inspecteurs et les impôts fonciers.

Immigration intelligente en Israël

Les gens ont peur des immigrés, mais l’histoire montre que si l’on vise une immigration intelligente et de qualité , des choses merveilleuses arrivent au pays à tous les niveaux. Les bons immigrants ont bâti les pays les plus avancés du monde, notamment les États-Unis, le Canada et la Nouvelle-Zélande, et nous pouvons en tirer beaucoup d’enseignements. Les immigrants construisent aux États-Unis et y contribuent de manière incroyable.

L’immigration intelligente signifie ouvrir la possibilité d’immigrer en Israël aux personnes nécessaires au développement du pays, en particulier aux immigrants titulaires d’un baccalauréat dans des professions pratiques, ainsi que définir un seuil d’immigration intelligent pour ceux qui ont des professions nécessaires, comme les médecins. , ingénieurs, chercheurs, enseignants et investisseurs.

Comme l’écrit Herzl à propos de l’immigration dans son livre « Altneuland » : « Ceux qui nous rejoignent relativement tard n’appauvrissent pas le pays, mais l’enrichissent au contraire. Plus il y aura de travailleurs ici, plus on y trouvera de pain, pourvu que l’ordre social soit aussi juste que le nôtre.

Procès gratuit et justice

Qui a besoin d’un procès ?

Le sens de la justice dans tous les aspects de la vie sur terre est reconnu depuis l’Antiquité. La réflexion sur le système juridique et les améliorations qui peuvent y être apportées, grâce aux progrès intellectuels, juridiques et technologiques que nous avons réalisés aujourd’hui, est essentielle. La justice non seulement dissuade la criminalité, mais garantit également une évaluation correcte des preuves et un traitement équitable de l’accusé.

Le système judiciaire est l’un des systèmes les plus cruciaux de tous les pays ; il joue un rôle vital dans diverses industries. Comme l’a dit un jour Nelson Mandela : « Nier aux gens leurs droits humains, c’est remettre en question leur humanité même ». La justice affecte notre sécurité intérieure ainsi que nos aspects personnels, économiques et sanitaires, touchant presque tous les domaines de notre vie.

En faisant respecter la loi et en garantissant l’équité dans les relations entre les personnes, le système juridique encourage les gens à adhérer à l’État de droit. Martin Luther King Jr. l’a souligné et a déclaré : « L’injustice, où qu’elle soit, est une menace pour la justice partout. » La tendance humaine innée est d’affronter et de s’engager dans des conflits ; Cependant, lorsqu’il existe un corps intellectuel qui fonctionne bien pour résoudre les différends, cela réduit intrinsèquement la violence et l’autosatisfaction dans la société.

Le Mahatma Gandhi croyait au pouvoir de la non-violence et soulignait l’importance de la justice en déclarant : « Œil pour œil ne fait que rendre le monde entier aveugle. » À ce titre, il est essentiel que la société reconnaisse la valeur d’un système juridique juste et équitable, capable de s’adapter aux besoins changeants de son époque tout en préservant les principes fondamentaux de justice et de droits de la personne.

Une lenteur agaçante

Le système juridique s’adapte lentement au rythme des changements technologiques. Traditionnellement, les procès se déroulent en personne, avec des témoins témoignant devant le tribunal et des jurys délibérant en personne. Cependant, Internet et la vidéoconférence ont permis de mener des procès en ligne, avec des témoins témoignant à distance et des jurés délibérant en ligne.

Les essais en ligne présentent plusieurs avantages par rapport aux essais traditionnels. Ils sont plus efficaces car ils peuvent être menés sans que tout le monde ait besoin de se déplacer vers un emplacement central. Ils sont également plus pratiques car ils peuvent être effectués à toute heure du jour ou de la nuit. Et ils sont plus accessibles car ils peuvent être gérés par des personnes vivant dans des zones reculées ou handicapées.

Cependant, les essais en ligne présentent également certains défis. Ils peuvent être moins personnels car il peut être difficile d’établir des relations avec les témoins et les jurés lorsqu’ils ne sont pas dans la même pièce. Ils peuvent également être moins sécurisés en raison d’un risque de piratage ou d’autres perturbations.

Malgré les défis, les procès en ligne représentent l’avenir du système judiciaire. Elles sont plus efficaces, pratiques et accessibles que les peines traditionnelles. Et ils constituent le meilleur moyen de garantir que justice soit rendue en temps opportun et de manière équitable.

Voici quelques exemples de la façon dont les phrases en ligne sont utilisées dans différentes parties du monde :

  • Aux États-Unis, l’État de l’Arizona mène des essais en ligne depuis 2011. L’État a indiqué que les essais en ligne permettaient d’économiser du temps et de l’argent et qu’ils étaient tout aussi efficaces que les essais traditionnels.
  • Au Royaume-Uni, le ministère de la Justice expérimente les procès en ligne depuis 2015. Le ministère a indiqué que les procès en ligne ont été bien accueillis par les participants et qu’ils permettent d’économiser du temps et de l’argent.
  • En Australie, l’État de Nouvelle-Galles du Sud mène des essais en ligne depuis 2017. L’État a indiqué que les essais en ligne avaient réussi à réduire le temps nécessaire à la résolution des cas et qu’ils avaient été bien accueillis par les participants.

Le recours aux procès en ligne en est encore à ses débuts, mais il est clair qu’ils ont le potentiel de révolutionner le système juridique. Elles sont plus efficaces, plus pratiques et plus accessibles que les peines traditionnelles et constituent le meilleur moyen de garantir que justice soit rendue en temps opportun et de manière équitable.

Comment construire une justice ?

Le système judiciaire est à l’origine de la prospérité des citoyens (c’est-à-dire nous), c’est donc un facteur essentiel de bonne gouvernance. Le terme « prospérité des habitants » fait référence à tout ce qui amène un citoyen à être satisfait de la vie, entre autres choses à sortir de la maison et à voir du vert, l’espoir est également un élément important de la prospérité. Avant de commencer à améliorer le système judiciaire, il convient de souligner et d’améliorer un paramètre que tout le monde connaît – à mon avis « la durée moyenne du procès » et en outre « la satisfaction des parties quant aux résultats du procès ou du règlement », par exemple des essais d’une semaine feront prospérer les habitants, c’est possible. Il faut d’abord l’imaginer et ensuite le faire. S’il n’y a pas de paramètre d’amélioration, alors tout le monde joue et vit d’émotions et de rapports médiatiques comme l’ancienne économie et n’est pas aussi souhaitable d’agir pour une amélioration continue comme Tesla ou Google. Le pouvoir judiciaire doit être indépendant dans le cadre du « pouvoir judiciaire » et non en tant qu’autorité législative. En Israël, les autorités législatives et exécutives sont mixtes et en plus il n’existe pas d’autorité « corrective », ce que j’appelle la « maison du gouvernement ». Le pouvoir judiciaire est contraint de « légiférer » car, comme indiqué, il n’y a pas de séparation entre les autorités « exécutives » et « législatives ». De plus, une constitution protège les citoyens des autorités et lorsqu’il n’y a pas de constitution, cela crée davantage de complications. Israël ne peut pas être pleinement démocratique parce qu’il y a des contraintes de la part des Juifs et du « reste », si le « reste » nous contrôle, nous ne serons probablement pas ici en tant que peuple libre. En fin de compte, le système judiciaire doit être modifié de bout en bout pour les bonnes raisons : tous les changements doivent s’appliquer à la législature suivante afin d’éviter un conflit d’intérêts dû à une sorte de « chef de projet ». Bien entendu, le système judiciaire doit être modifié par la « maison du gouvernement » et non par une partie infectée – le « gouvernement ». Il n’y a pas de « maison du gouvernement » aujourd’hui, donc personne n’a pour mandat de changer le système ou l’une des autorités.

Changement fondamental du système

Il est important de comprendre : une révolution est nécessaire dans le système judiciaire en Israël et dans l’administration de la justice, et elle ne sera possible que si la personne qui est à la tête du système judiciaire sait utiliser la technologie et peut reconstruire le le système judiciaire.

Arrêtez d’utiliser le tribunal comme législateur

En Israël, on utilise le système du « common law », selon lequel une grande partie des jugements constituent une sorte de loi. Les jugements doivent être convertis en lois et non fondés sur des jugements, car le tribunal n’est pas censé être un législateur : si le tribunal rencontre un problème, qu’il le renvoie aux législateurs. Un nouveau mécanisme doit être développé afin que les lois peu claires soient renvoyées au législateur et ne soient pas fondées sur des décisions de justice. Cette méthode a causé des problèmes en Israël devant la Cour suprême.

Un organe désigné dans le système judiciaire qui s’efforce de combler les lacunes de la loi et de modifier les lois peu claires – l’organisme veillera à ce que l’autorité législative (la Chambre des représentants, la Knesset) se chargera de modifier la législation qui n’est pas claire et qui a donné lieu à de nombreuses poursuites. Un exemple d’une telle loi qu’un organisme civil défend.

N’ayez pas peur de la technologie

Utilisez n’importe quelle technologie susceptible de promouvoir la justice : vidéo, téléphones portables, surveillance volontaire, base de données documentaire nationale, etc. Tout ce qui favorise la justice et la commodité pour les justiciables. Le conservatisme est l’ennemi de la justice.

Mesurer pour améliorer

Réparer le système judiciaire nécessite de se concentrer sur la justice, la rapidité, la commodité du procès, la qualité des juges et la justice préventive grâce à des mesures et à une amélioration constante. Les composantes de l’indice de justice devraient être les suivantes : y a-t-il eu un procès équitable, combien de temps a-t-il duré, combien de temps l’ont-ils attendu et quel a été le coût pour chacune des parties et pour l’État, et combien de procès dans différents domaines ont été menés. là. Commentaires sur le degré de sanction dans tous les domaines juridiques – à remplir par les juges, les accusés, les procureurs, les avocats, les témoins – le degré de sanction devrait-il être augmenté ou diminué en fonction de la récidive des crimes par rapport à la sévérité de la peine ?

prévenir les conflits à l’avance

Mettre l’accent sur la justice préventive, c’est-à-dire vérifier où surviennent les conflits et les prévenir à l’avance grâce à des systèmes réglementaires et technologiques (tels que la gestion des signatures, le système de contrats, le système de commerce immobilier) qui seront développés et gérés par des entreprises privées qui seront sélectionnées dans les appels d’offres de l’État. . L’objectif ultime est plus de justice, avec moins de peines et moins de temps.

Constitution pour faire de l’ordre

Établissement d’une constitution pour Israël – le tribunal ne devrait pas promulguer de lois à la place de l’autorité législative, mais seulement s’assurer que les lois n’ont pas été violées et assurer leur mise en œuvre. Dans les situations où il n’y a pas de loi, le tribunal doit renvoyer l’affaire au législateur.

Loi 2.0 – une loi numérique selon laquelle le citoyen pourra envoyer des requêtes en ligne et en langue vernaculaire (par exemple : est-il autorisé de faire du bruit après 17 heures du soir ?).

Oui, un essai peut prendre une semaine

En réduisant la durée d’un procès de plusieurs années à quelques semaines – en modifiant le déroulement du procès et en l’adaptant à la technologie qui existe aujourd’hui (dans la mesure du possible), par exemple une invitation à un procès via un système d’identification national – cela permettra être très difficile d’abdiquer sa responsabilité et facile de convoquer des témoins et des accusés.

Procéder à un essai en ligne

Mener un procès sous forme numérique (en ligne) et un témoignage vidéo en ligne (dans certains cas, par exemple dans le cadre d’un procès pour viol) qui peut être enregistré à domicile ou dans des lieux autorisés. Chaque commissariat peut disposer d’une salle pour déposer. De cette façon, les témoins n’auront pas peur de se présenter devant l’accusé lors du procès. Transfert de preuves en ligne – si les parties sont d’accord. S’il y a une objection à la preuve, celle-ci sera remise sous forme matérielle, et si la preuve est acceptée, la partie qui s’est opposée paiera une amende.

arrêter la procédure d’appel

Il est donc difficile de faire appel devant les tribunaux – il existe aujourd’hui une facilité illogique de faire appel, tout le monde fait appel et les sanctions varient. Un appel devrait être autorisé, mais pas facilement.

Les accusés reviennent

Il est vrai que le rôle de la police est d’empêcher les criminels de retourner dans le cycle de la criminalité, mais le tribunal devrait également critiquer le processus. Les récidivistes devraient recevoir un traitement complètement différent ainsi que des sanctions différentes s’ils sont revenus à leurs mauvaises habitudes. L’un des nobles objectifs du tribunal est que les criminels ne reviennent pas commettre des crimes.

S’efforcer de sortir les accusés du cycle de la criminalité avec de lourdes peines ou une réhabilitation de qualité avec un système de soutien à la reconversion. et d’y ajouter l’utilisation de moyens technologiques tels qu’une surveillance constante jusqu’à ce que les restrictions soient supprimées.

Les bons juges amènent de bons juges

Le ministre de la Justice devrait être issu du domaine du droit et de la haute technologie pour mener à bien la révolution du système judiciaire.

Une mesure claire de la qualité du juge : la satisfaction des avocats des deux parties – accusés, défendeurs et plaignants au procès et l’évaluation du juge par les autres juges.

Un bon gestionnaire placé à la tête du système judiciaire peut faire la révolution nécessaire, il est donc important de choisir la bonne équipe pour diriger le système et coordonner les améliorations et les changements nécessaires. En outre, la méthode de sélection des juges doit être vérifiée régulièrement et régulièrement : fait-elle appel à de bons juges du passé ?

Bien-être et égalité

Aime ton prochain comme toi-même

Un ministre professionnel qui fera une révolution

Il y a une énorme différence entre un théoricien et un homme d’action, et on ne peut pas dire qui est un bon manager avant de le voir diriger, tout comme on ne peut pas dire qui sera un bon combattant avant de le voir se battre.

Dans sa bonne gouvernance, il y a une structure appropriée, une condition nécessaire pour un État-providence, le ministre de la protection sociale sera professionnel, exercera ses fonctions pendant au moins quatre ans et mènera à bien la révolution de la protection sociale, il doit avoir une formation en gestion du secteur privé, afin d’apporter les méthodes du secteur privé. Bien entendu, la révolution sera une mesure. C’est la raison pour laquelle les institutions académiques sont malades, les professeurs et les doyens n’ont souvent rien géré eux-mêmes, mais ont seulement fait de la recherche.

À l’académie, j’ai vu cela se produire avec une doyenne de la Faculté d’éducation qui, au lieu de gérer sa secrétaire pour produire un événement qui aurait coûté 50 000 NIS, a engagé une entreprise extérieure et le gaspillage excessif a atteint plus de 400 000 NIS.

Que m’apportera un État-providence ?

« Une veuve et un orphelin ne seront pas torturés : s’il répond, répondez-lui car s’il crie vers moi, j’entendrai son cri. »

Cette phrase est également vraie pour notre époque : pour que nous soyons bons, nous devons être bons envers les faibles. Cela peut paraître étrange, mais la société se mesure à son attitude envers les faibles. Si nous ne prenons pas soin d’eux, le pays ne fonctionnera pas car ce sera un groupe très amer. Un groupe amer essaie de venger son amertume et, à juste titre, il est facile de la recueillir même avec un faux complot sanglant, comme « les capitalistes profitent de vous » ou comme en Allemagne « les Juifs sont responsables de votre situation ». et comme en Iran aujourd’hui. Nous le voyons aujourd’hui avec les Arabes d’Israël ainsi qu’avec d’autres populations défavorisées.

En fin de compte, ce n’est pas seulement un commandement de prendre soin des faibles sans distinction de religion, de nationalité, de race ou de sexe, mais cela aide à long terme même ceux qui ne sont pas faibles.

La cour a magnifiquement écrit sur l’importance du droit à l’égalité :

« L’égalité est une valeur centrale pour toute société démocratique… la nécessité de garantir l’égalité est naturelle à l’homme. fondée sur des considérations de justice et d’équité. La nécessité de maintenir l’égalité est essentielle à la société et au consensus social sur lequel elle repose. En effet, il n’y a pas de facteur plus destructeur pour la société que le sentiment qu’éprouvent ses fils et ses filles d’être traités partout. Le sentiment d’inégalité est l’un des sentiments les plus difficiles. Cela nuit aux forces qui unissent la société. Cela porte atteinte à l’identité d’une personne.

Comme l’écrivait Herzl dans son livre Altneuland : « Ne pensez-vous pas, M. Kingscourt, que les humains se porteraient mieux si leur situation était meilleure ? » – Bien sûr qu’ils le sont.

Opportunités égales

La sagesse dans un État-providence n’est pas de réduire la taille du gâteau, mais de le diviser plus équitablement, afin qu’il produise un plus grand rendement pour tout le monde, et peut-être même de l’augmenter. La seule façon d’y parvenir est de combiner le capitalisme et un niveau élevé de bien-être avec une orientation du secteur privé dans la bonne direction, par exemple le développement d’une infrastructure pour le commerce électronique par un réseau de distribution national, et c’est une combinaison cela ne peut être réalisé que si les dirigeants sont bons pour le peuple à long terme, et ces dirigeants le seront lorsque le système de gouvernance sera mis en œuvre.

vérifier la qualité de vie de chacun afin de l’améliorer, mesurer l’amélioration et déterminer où elle s’est produite. Sans mesure, il est très difficile de s’améliorer, tout comme le cerveau humain est construit sur la rétroaction pour corriger. Commentaires pour améliorer, rationaliser ou annuler les lois et réglementations.

L’éducation est le facteur le plus important pour l’égalité des chances et le bien-être des résidents, c’est pourquoi il convient de s’y concentrer.

L’objectif de l’État est que le gâteau soit partagé plus équitablement grâce à une éducation appropriée pour les plus faibles et à une aide de l’État pour ceux qui ne peuvent pas travailler.

Pour mieux répartir les « bénéfices des entreprises » entre leurs propriétaires, leurs employés et les citoyens qui ont besoin d’argent. Seul l’État peut modifier cet équilibre.

Observez la frontière ténue entre « ne peut pas » et « ne veut pas » pour les citoyens dans le besoin.

Le capitalisme fonctionne mais ne contredit pas un État providence, au contraire, il y a une belle idée du socialisme, mais elle n’est pas compatible avec le caractère de l’homme moderne qui est élevé pour penser à lui-même devant le groupe. Du socialisme, il suffit de prendre l’aspiration à l’égalité, notamment l’égalité des chances et un coussin de sécurité dans 6 domaines : drogues et alcool, nutrition, logement, alimentation, éducation et santé. Les drogues et l’alcool figurent sur la liste car ils sont tout aussi importants que le reste, ils détruisent l’État-providence et provoquent des inégalités.

Les drogues sont les ennemies de l’État-providence

La plupart des problèmes sociaux sont directement ou indirectement liés aux drogues et à l’alcool. Nous devons nous attaquer au problème et ne pas traiter les symptômes, dont certains incluent : la maltraitance des enfants, le viol, la violence domestique, la prostitution et d’autres symptômes de dépendance.

Et oui, aujourd’hui tout le monde a tort et traite les symptômes et non le problème, et les symptômes sont infinis.

Et le problème n’est pas explicatif, le problème est la main facile des distributeurs et la négligence des toxicomanes.

Il est possible de résoudre le problème, il y a un exemple à Singapour et plusieurs autres pays voient que les sanctions lourdes contribuent à la lutte contre la drogue dans la société :

  • Japon – Le Japon applique une politique stricte en matière de drogue, entraînant de graves conséquences juridiques en cas de possession et de consommation de drogue. Ce fait, combiné à de fortes valeurs culturelles et à la stigmatisation sociale autour de la consommation de drogues, contribue à de faibles taux de consommation.
  • Singapour – Singapour est connue pour ses lois sévères en matière de drogue, notamment la peine de mort en cas de trafic de drogue. Cette politique stricte, combinée à un niveau élevé de désapprobation sociale et à de fortes valeurs familiales, conduit à une faible consommation de drogue.
  • Arabie saoudite – L’Arabie saoudite applique une politique stricte en matière de drogue et prévoit des sanctions sévères pour les infractions liées à la drogue. En outre, la culture conservatrice et les valeurs religieuses du pays peuvent contribuer à une faible consommation de drogue.
  • Islande – L’Islande a connu une diminution significative de la consommation de drogues chez les jeunes en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs, notamment de solides programmes sociaux, la participation des parents et des activités récréatives parrainées par le gouvernement.
  • Corée du Sud – La faible consommation de drogues en Corée du Sud peut être attribuée à des lois strictes en matière de drogues, à l’importance accordée à l’éducation et à des normes culturelles qui découragent la consommation de drogues.

Vous pouvez considérer les choses à un niveau probabiliste : n’y a-t-il aucun moyen d’empêcher les toxicomanes de continuer à frapper la société ? Il existe évidemment un moyen, il suffit de le trouver.

Lorsqu’une personne est droguée et alcoolisée, rien ne peut l’aider à part se nettoyer !

L’État doit étiqueter les alcooliques et les toxicomanes afin de savoir quelles méthodes ont réussi à les sortir de la dépendance, sinon les services sociaux ne seront d’aucune aide.

Marquer une personne comme toxicomane peut changer après une période d’abstinence. Ce marquage peut aider à déchiffrer les crimes et en général comme une menace pour le toxicomane. Étant donné qu’il existe une demande nationale d’identification, l’État peut savoir où se trouvent les toxicomanes. Il s’agit effectivement d’une grave violation de leur vie privée, mais c’est le moindre de leurs problèmes. Ici, nous devons aller du bout au début, il n’y aura presque plus de toxicomanes ni d’alcooliques en Israël, et maintenant nous devons le mettre en œuvre.

Au lieu d’une prison, des tests quotidiens doivent être proposés et payés. utiliser la prison comme une menace pour ne pas se débarrasser de la drogue et de l’alcool. En même temps, donnez des substituts aux médicaments et de l’alcool. Il existe sûrement un moyen d’empêcher les gens de se transformer en zombies.

Une grande partie du budget social est allouée aux problèmes causés par la consommation de drogues qui entraînent des problèmes mentaux.

Traitement obligatoire dans les centres de traitement des addictions et surveillance constante et tests urgents, et quiconque ne s’y conforme pas se verra imposer des restrictions. Et enfin, pour ceux qui n’ont rien aidé, pensez à distribuer de l’alcool dopant dans des lieux protégés, où ils ne pourront pas nuire à l’environnement.

En conclusion, il est possible de réduire considérablement les dommages inimaginables que les drogues causent à la société grâce à de lourdes sanctions d’un côté, à une information approfondie et à un nettoyage sans compromis des toxicomanes en les marquant et en mettant en place une autorité forte pour lutter contre les drogues et l’alcool.

L’éducation est la meilleure amie de l’État-providence

La seule façon de réduire les écarts est par l’éducation, et en particulier par la gratuité , il n’y a pas d’autre moyen.

Garantir l’égalité d’accès à une éducation de qualité est essentiel au développement social et économique. En Finlande, l’éducation est considérée comme une priorité et le gouvernement propose un enseignement gratuit et de qualité, de la petite enfance à l’enseignement supérieur. Le système éducatif finlandais est connu pour l’accent qu’il met sur l’égalité, le professionnalisme des enseignants et l’apprentissage individualisé. Cette approche a conduit à des scores constamment élevés dans les évaluations internationales telles que PISA, démontrant l’efficacité de leurs politiques éducatives pour favoriser la cohésion sociale et réduire les disparités.

régime

Il est nécessaire de déterminer quels habitants du pays souffrent de pénurie alimentaire. Sans mesure, il n’y a pas de feedback, et sans feedback, il est impossible de s’améliorer. La bonne manière de mesurer consiste probablement à passer par les services sociaux ainsi que dans l’application nationale en auto-déclarant lorsque l’utilisateur manque de nourriture.

Le gros problème des couches faibles est qu’elles sont nourries avec un régime qui provoque de graves problèmes de santé, et donc elles souffrent également de plus de problèmes de santé et ont une espérance de vie inférieure à celle du reste de la population. Ce problème est résoluble, mais un régime alimentaire gratuit devrait être promu par une réglementation et une interdiction de la vente d’aliments toxiques dans les rayons normaux du supermarché, mais uniquement dans la section «poisons» du supermarché. Alors peut-être que ceux qui veulent acheter de la nourriture qui l’empoisonne, lui et sa famille, auront un peu honte.

Assurer une nutrition adéquate et la sécurité alimentaire est une priorité dans les pays socialement conscients, et une alimentation gratuite est préférable. Au Brésil, par exemple, le gouvernement a mis en œuvre le programme « Fome Zero » qui vise à éradiquer la faim et la malnutrition. Le programme comprend diverses initiatives telles que la Bolsa Familia qui fournit une aide financière aux familles à faible revenu à condition que leurs enfants aillent à l’école et soient vaccinés. En outre, des programmes d’alimentation scolaire ont été mis en place pour fournir des repas nutritifs aux élèves, contribuant ainsi à améliorer leur santé et leurs résultats scolaires.

logement

Vous pouvez en savoir plus sur le logement libre-pensé ici dans le logement gratuit .

L’État devrait mesurer le niveau de logement de chaque résident et garantir un logement minimum. L’État devrait dresser un tableau actualisé des personnes mal logées. Dans ce contexte, il sera vraisemblablement difficile d’empêcher l’exploitation du système de protection sociale.

La base d’une personne est le logement et la nourriture. L’État devra veiller au minimum qui sera défini par la loi comme un plafond.

Répondre au besoin de logements abordables et sûrs est essentiel pour promouvoir le bien-être social. À Singapour, le gouvernement a créé le Housing and Development Board (HDB) pour fournir des logements publics à la majorité de ses citoyens. Les appartements HDB sont proposés à des prix raisonnables et diverses aides au logement sont disponibles pour aider les ménages à faible revenu. Grâce à ces efforts, Singapour a atteint l’un des taux d’accession à la propriété les plus élevés au monde et contribue à la stabilité sociale et à la mobilité économique.

santé

L’État devrait prendre soin de la santé de tous les résidents, une solution étant la santé gratuite . Les gens ne peuvent pas prendre soin d’eux-mêmes à cause de la multitude de fausses publicités et d’opinions avec lesquelles nous sommes nés. Les gens pensent à court terme et l’État doit intervenir et les faire réfléchir à long terme.

Fournir des services de santé accessibles et complets est essentiel pour un pays socialement conscient, mais ce qui compte, c’est un mode de vie et une alimentation saine mille fois plus que des services de santé, dont on n’a guère besoin si l’on mène une vie saine et une alimentation adaptée. Au Canada, le gouvernement a mis en place un système de santé universel appelé Medicare. Ce système financé par l’État garantit que tous les citoyens canadiens et résidents permanents ont accès aux services médicalement nécessaires, quelle que soit leur capacité de payer. Le système de santé canadien est souvent cité comme exemple de soins de santé financés par des fonds publics et conduisant à de meilleurs résultats en matière de santé et à une espérance de vie plus élevée pour ses citoyens, par rapport aux pays offrant des soins de santé moins complets.

Une fiscalité progressive ?

La fiscalité ne réduit pas les disparités, seule l’éducation le fait. Un impôt progressif est souhaitable afin de disposer d’un budget important pour l’éducation et l’aide aux couches les plus faibles de la société. C’est possible, il suffit de le pousser sans compromis.

Le problème de la fiscalité en Israël est qu’elle n’utilise pas les nouvelles technologies et n’informatise pas tout, y compris les factures, les paiements, la monnaie numérique et la gestion des comptes nationaux.

L’impôt sur les successions, par exemple, fait défaut en Israël, il n’y a aucune justice ni logique selon laquelle un héritage d’un milliard de NIS ne serait soumis à aucun impôt.

Obtenez des commentaires quantitatifs pour vous améliorer

Mesure, mesure, mesure ! Et surtout : comment mesurer l’amélioration ? Lorsqu’il y a un personnage central que l’on souhaite améliorer, tout est mesurable et il y a des retours, ainsi que moins de débats, de conjectures et de paris.

Imaginez que le ministre du Bien-être social dispose de toutes les données sur la qualité de vie – santé, bonheur, logement, sens de la vie – de tous les citoyens israéliens. Et avec ces données, le ministre savait ce qui devait être changé afin d’améliorer la qualité de vie de couches plus nombreuses et plus faibles de la nation. Chaque projet sera mesuré au degré d’amélioration de la qualité de vie !

Il est facile de mesurer la qualité de vie des citoyens à l’aide de simples questionnaires. Le deuxième indice important est la disparité du niveau d’égalité des revenus de l’État, connu sous le nom d’indice de Gini .

Comment savoir ce que ressentent les gens ?

Elles sont sollicitées, via une application dédiée de l’administration.

Ils ont déjà inventé une application

Une application que les habitants installeront et qui donnera à l’État un « état des lieux » en collaboration avec les travailleurs sociaux et les agences d’aide sociale. Toutes les informations seront au même endroit. Un système qui centralise tout ! L’objectif souhaité est de connaître la qualité de vie actuelle des citoyens du pays et de créer une méthode pour la surveiller et l’améliorer. Les données sur les personnes qui ont besoin d’une aide sociale devraient être disponibles, ainsi que, bien entendu, sur leur qualité de vie, les dépenses de l’État ainsi que les associations qui les soutiennent. Il est certainement possible de reprendre les méthodes existantes qui fonctionnent dans les grandes entreprises de haute technologie et de les appliquer aux résidents par l’État.

transport

Comme pour tout ce à quoi vous appliquez la libre pensée , recherchez les changements qui nécessitent peu d’énergie et ont un grand effet. Le but ultime des changements proposés est de rationaliser le mouvement des passagers sur les routes et de réinitialiser la signature environnementale des transports, par exemple, les taxis autonomes peuvent déjà circuler sur les routes interurbaines aujourd’hui, il suffit d’ajuster un peu la route. Il est facile d’améliorer les transports car aucune amélioration révolutionnaire n’y a été apportée au cours des 50 dernières années.

Grâce à des mesures constantes, nous pouvons savoir comment nous améliorons les transports.

Investissement budgétaire et concentration des efforts

Investir tous les efforts dans la préparation des infrastructures de transport intelligent pour les 20 prochaines années :

  • Arrêt progressif des investissements budgétaires dans la construction d’échangeurs, d’itinéraires de transports publics et de voies ferrées. Jusqu’à l’entrée des véhicules autonomes. Investissement dans la gestion de l’infrastructure électrique et de transport pour la recharge des véhicules électriques.
  • Le budget actuel des transports est suffisant pour les changements demandés, nous avons seulement besoin de personnes qui n’ont pas peur du changement et qui savent le réaliser.
  • Fixer des normes élevées à l’échelle nationale : trottoirs, stationnement pratique à l’extérieur des entreprises, routes, tarification pour la plantation d’arbres. Exemple .
  • Arrêter la croissance de la végétation qui nécessite le jardinage et passer à la végétation naturelle sans jardiner ; et l’irrigation des échangeurs et des bords de route.

Réduire le nombre d’accidents de la route

Le nombre d’accidents de la route et de victimes peut être réduit si les idées suivantes sont mises en œuvre :

  • Mesure – à l’aide de la mesure, l’État pourra déterminer le prix d’un trajet au km en fonction du conducteur, le prix sera plus élevé pour un conducteur dangereux.
  • Selon les statistiques mondiales, les taxis autonomes ne seront pratiquement pas impliqués dans les accidents de la route.

Mesure de tous les déplacements et digitalisation

  • À l’aide de mesures, nous pouvons optimiser la consommation de carburant et d’électricité et comprendre si le ministère des Transports fait son travail et améliore le service aux passagers routiers.
  • Mesurez tous les déplacements routiers grâce à une application installée sur les téléphones : itinéraire, temps, consommation de carburant ou d’électricité.
  • Toutes les assurances, licences, rapports et frais seront payés dans l’application.
  • Les données collectées lors de la mesure montreront où et quand les problèmes majeurs surviennent.
  • Mesure précise de la localisation des accidents de la route et de l’heure de leur survenance.

Paiement du voyage

  • Pour répartir les déplacements tout au long de la journée et permettre à davantage de personnes de voyager ensemble, des frais devraient être facturés pour chaque déplacement.
  • Chaque voyage aura un prix qui sera déterminé en fonction de sa nature (professionnelle, privée ou publique), de la route, de l’heure, du conducteur et des infractions qu’il a commises, du type de voiture – électrique ou essence – et du nombre de passagers. .
  • La taxe sur les carburants peut être annulée lorsque des frais sont facturés pour chaque trajet.

Sentiers pédestres, vélos et petits outils électriques

Les moyens de transport comme la marche, le vélo et le petit outillage électrique présentent de multiples avantages : ils sont ludiques et sains pour l’utilisateur, ne nuisent pas à l’environnement, ne produisent pas de nuisances sonores, le coût des sentiers n’est pas élevé et les outils eux-mêmes sont bon marché et tout le monde peut se permettre de les acheter ! Que faut-il pour que cela se produise ?

  • Baver ces routes entre les colonies et les villes en Israël et à l’intérieur de celles-ci.
  • Bornes de recharge et éclairage le long des voies.

Les voitures électriques autonomes pour remplacer tous les transports publics en Israël

Imaginez des centaines de voitures autonomes s’arrêtant dans des stations désignées comme ordonné par l’application. Vous conduisez une voiture jusqu’à une telle gare et commandez une voiture autonome dans l’application, et en quelques minutes, elle s’arrête à côté de vous et vous emmène à la gare que vous avez choisie. La technologie existe pour les voitures autonomes sur les routes interurbaines – et les conduire est facile, il ne manque que la libre pensée. Sur les routes interurbaines, lorsqu’il y a une infrastructure adaptée, ces voitures sont dix fois meilleures que les trains.

Pourquoi en avez-vous besoin?

  • déplacer les gens facilement et à moindre coût.
  • Autoriser également la résidence en dehors de Tel Aviv.
  • Retirez autant de voitures que possible de la route.
  • Soyez un exemple pour les autres pays.
  • Développer une industrie autour des voitures autonomes.
  • Vous devriez investir dans l’avenir et non dans le passé ! L’État investit des milliards dans des projets inutiles comme la construction d’échangeurs et l’élargissement des routes.

Pourquoi cela résout-il le problème ?

  • La technologie est mûre pour les voitures autonomes sur les routes interurbaines.
  • Le coût d’exploitation des taxis est négligeable par rapport au coût du train et de son infrastructure.
  • Sur une route aussi « simple », la technologie disponible aujourd’hui pour les voitures autonomes est suffisante.
  • Il n’y a pas de piétons ni de barrières comme dans les villes et sur les routes.
  • Possibilité d’utiliser les routes existantes avec ou sans voie unique.
  • Un taxi autonome peut également transporter 10 personnes.
  • Le gouvernement devrait aménager la route et publier un appel d’offres pour les opérateurs de taxis.
  • Vous devez facturer de l’argent pour conduire des voitures privées sur une route interurbaine.

Comment ça fonctionne?

  • Les voitures autonomes ordinaires circuleront sur la route.
  • La route est adaptée aux voitures autonomes et à leurs dangers.
  • La commande de véhicules se fait uniquement via l’application.
  • Une voiture peut transporter plusieurs personnes depuis plusieurs gares ou en privé moyennant un supplément.

L’avantage par rapport au train et à la voiture particulière

  • Tout le trafic n’est pas dirigé vers des stations individuelles.
  • Vous n’avez pas besoin d’attendre (comme pour un train ou un bus), vous commandez une voiture dans l’application et elle arrive.
  • Un train pollue l’environnement et son infrastructure coûte cher.
  • Près de chez nous, car à chaque kilomètre il y a une gare.
  • Sentiment de balade privée.
  • Pas aussi bruyant que le train ou le bus.
  • La capacité en passagers est beaucoup plus élevée et il existe des milliers de véhicules de ce type.
  • Basé sur l’infrastructure existante.
  • Le service ne chôme pas, car il y a des milliers de voitures.
  • Pas besoin de s’arrêter aux gares pendant tout le trajet.
  • Il n’est pas nécessaire d’entretenir une voie, des ponts, des barrières et des mécanismes perturbés.
  • Il n’est pas nécessaire de soutenir l’argent dans le train et le mécanisme qui fonctionne autour de lui.

notre maison

Oui, tout le monde se trompe sur le logement

Les prix de l’immobilier sont un symptôme et non le problème. Le problème est le produit que reçoit le citoyen, un produit qui n’est pas à la hauteur de ce qu’il aurait pu recevoir si le logement avait été géré. Les grandes maisons, les étages élevés, les penthouses ne font pas des locataires heureux.

quoi oui Bons voisins, nature autour, marche vers tous les endroits dans le bon sens, pistes cyclables, parc. Toutes ces choses sont à l’extérieur de la maison ! Et c’est la plus grosse erreur de chacun.

Pourquoi s’embêter avec le logement ?

Le logement est l’un des facteurs les plus importants et les plus déterminants pour la prospérité des citoyens du pays, et il devrait être une priorité absolue pour tout gouvernement en place aujourd’hui ou à venir.

Les dépenses de logement constituent l’une des principales composantes des dépenses totales de chaque ménage en Israël, soit environ 30 % des dépenses du ménage. C’est la plus grosse dépense.

L’idée principale est d’optimiser et de réduire les méthodes existantes en simplifiant et en unifiant les processus de planification, d’achat, de vente et de construction. Comme pour tout sujet où la libre pensée est autorisée, nous cherchons à créer des changements petits et simples qui créent un grand effet.

Que signifie prendre soin d’un citoyen ?

Chaque citoyen a le droit d’acquérir un logement adéquat, en termes de taille et d’espace extérieur.

Les prix élevés de l’immobilier, qu’une grande partie de la population ne peut se permettre, sont un symptôme et non un problème. Le problème réside dans une gestion faible et sans vision :

  • Détermination – les grands changements, même lorsqu’ils sont effectués par petites étapes, provoquent un sentiment d’inconfort et parfois même du mal chez certains résidents. Il faut trouver un moyen de faire avancer le pays conformément à la planification et de créer un système équitable pour indemniser ceux qui sont touchés par ces changements. Les entrepreneurs veulent la rentabilité et la viabilité économique et cela passe avant l’intérêt des citoyens et de l’environnement, c’est pourquoi l’État doit intervenir par la réglementation.
  • Manque de planification à long terme !
  • Une bureaucratie sérieuse dans tous les domaines liés à la planification et à la construction.
  • Inefficacité des processus de construction, de la vision et des solutions clés.

Économie libre

L’économie libre devrait faire son travail, mais le gouvernement doit l’orienter dans l’intérêt des citoyens et de l’environnement par le biais de réglementations, de lois, d’incitations et d’applications.

L’État devrait promulguer des lois, encourager la construction de bonnes infrastructures, gérer la réglementation de la construction et la superviser, mais pas la construire lui-même.

Construire avec la nature et non sur elle

La nature fait pousser des plantes, des buissons et des arbres sans avoir besoin de jardinage, d’irrigation et de planification, nous devons donc apprendre à construire dans la nature sans trop l’affecter, c’est possible et le profit sera double car la qualité de vie des gens s’améliorera. et les dommages à l’environnement seront réduits. Un bon exemple est la Silicon Valley qui est pleine d’arbres, donc elle ne ressemble pas vraiment à une ville dans la plupart des endroits, mais plutôt à un village, c’est exactement comme ça qu’elle devrait être construite. De plus, il est logique de construire des maisons privées en bois et non en béton, il suffit que le gouvernement l’encourage.

La Finlande a été classée comme le pays ayant les citoyens les plus heureux au monde.

Une citation d’une lettre publiée dans Globes sur la Finlande, à partir de laquelle on peut comprendre l’effet de la nature sur le bonheur des citoyens :

Jimenez a déclaré à CNBC qu’on lui demandait souvent pourquoi les Finlandais sont si heureux. Pour elle, cela « naît d’une relation étroite avec la nature et notre mode de vie simple ».

Le PDG finlandais de la société de « commentaires clients » HappyOrNot, Mika Makitalo, était d’accord avec ces propos. « Nous cultivons notre équilibre travail-vie personnelle, croyons en notre entreprise et prenons le temps de profiter de notre proximité avec la nature », a déclaré Mika à CNBC.

C’est bien de s’engager à réinitialiser la signature environnementale des villes et villages d’ici 2030, difficile mais possible.

Il développera également des industries du logement autour de ce cadre.

La réduction des écarts est en bonne voie

Réduire les écarts entre riches et pauvres en matière de logement – en limitant la construction de maisons et d’appartements privés, cela n’a aucun sens d’avoir des maisons de 1 000 mètres carrés pour une famille de quatre personnes, à moins qu’elles ne paient d’énormes impôts. Les petites maisons sont souvent beaucoup plus pratiques pour les gens, mais ils n’en sont tout simplement pas conscients. Lorsque nous vivions aux États-Unis dans une maison relativement grande, il y a eu une panne de courant pendant trois jours. Après cela, nous avons déménagé dans une petite maison d’environ 90 mètres carrés, pour 5 personnes. Les enfants ont beaucoup plus aimé la petite maison et ont demandé à revenir. Ce qui est important c’est la vue et la verdure depuis la maison et non la taille de la maison.

Construction rapide

Construction rapide – encourager l’industrie locale à travers des lois sur la construction et des avantages pour la construction industrielle, modulaire et écologique de maisons préfabriquées, par exemple Boxabl . Aujourd’hui, avec l’aide de ces entreprises de construction industrielle, il est possible de réduire le prix de la construction – de 7 000 NIS à 1 000 NIS par mètre carré.

Pourquoi l’application de la loi est-elle bonne pour nous ?

Une répression immédiate et sévère des délits immobiliers est nécessaire. Laisser les criminels immobiliers opérer en toute impunité encourage le chaos et conduit à l’injustice.

Villes et agglomérations autour des piétons et non des voitures

À distance de marche, comme dans les kibboutzim, où les routes sont pavées le long du périmètre de la colonie, et où tout l’intérieur de la colonie est accessible uniquement aux piétons qui marchent sur les trottoirs et les sentiers, qui mènent facilement à n’importe quel endroit de la ferme.

Relier les habitants des villes à travers un espace commercial (comme Tel Aviv) et des terrains de sport et de cyclisme. Commercer au sein des quartiers résidentiels afin que les résidents reçoivent tous les services commerciaux sans utiliser les transports.

Une option simple et pratique pour rejoindre les pôles d’emploi des grandes villes.

L’urbanisme sera adapté à la marche et non aux déplacements en véhicule. Dans les quartiers résidentiels, il y aura tous les services nécessaires.

Chaque quartier sera conçu de manière à être adapté aux piétons, de sorte qu’il soit également accessible aux poussettes et aux personnes handicapées et qu’il soit pratique pour faire du vélo. solution pour la mise en œuvre .

Utilisation du terrain existant

Une utilisation plus efficace des terrains vacants et bâtis – utiliser les terrains existants au lieu d’en développer de nouveaux peut contribuer à réduire l’impact écologique de l’urbanisation, à protéger les habitats naturels et à préserver la biodiversité.

Voici quelques stratégies pour réutiliser les terres existantes sans nuire à la nature :

  • Identification – Localiser et cataloguer les friches industrielles qui sont des zones précédemment aménagées qui peuvent être contaminées, mais qui peuvent être nettoyées et réutilisées.
  • Réhabilitation – investir dans le nettoyage des friches industrielles afin qu’elles soient adaptées au réaménagement.
  • Zonage – Modification des lois de zonage pour faciliter le réaménagement des friches industrielles en propriétés résidentielles, commerciales ou à usage mixte.
  • Emplacement – Il s’agit de parcelles vacantes ou sous-utilisées dans des zones urbaines ou suburbaines existantes où de nouveaux aménagements peuvent avoir lieu sans s’étendre sur des terrains non aménagés.
  • Zonage intelligent – Modifier les lois de zonage pour encourager un développement à plus forte densité d’usages mixtes, en utilisant les terres plus efficacement.

Une connexion entre les résidents

Adapter le cadre de vie dans les villes pour connecter les enfants du quartier comme les colonies et les kibboutzim à l’aide de terrains de football et de basket-ball et de pistes cyclables. Définir des mètres carrés de parcelles en fonction du nombre d’enfants dans un certain rayon.

Union des autorités

Unir l’Autorité foncière israélienne, Taboo, le Fonds national pour Israël, etc. Une telle union réduirait le temps nécessaire au traitement des demandes et contribuerait à réduire la valeur des logements en Israël.

Bonjour Internet, au revoir les pages

Nous voilà donc en 2023, il est temps que tout soit mis en ligne. Une base de données nationale sur les terres et les lots est accessible à tous en ligne.

Achat et vente en ligne de terrains, lots et maisons. Les transactions immobilières seront clôturées en ligne.

Une base de données nationale des fournisseurs d’infrastructures pour les maisons – lors de la location ou de la vente d’une maison, du changement d’eau, d’internet, d’électricité, des services d’assainissement… tout se fera en un seul clic.

Un système national de compensation pour tous les prestataires de services permettra aux parents de suivre les dépenses courantes.

Réduire la durée des processus juridiques et bureaucratiques de quelques mois à quelques heures.

Le transport fait partie du logement

Un transport pratique rend les lieux d’habitation pratiques et accessibles. Par exemple, s’il faut 3 heures pour aller de Metula à Tel Aviv, beaucoup moins de gens voudront vivre à Metula. Mais s’il existe une autoroute avec des voitures autonomes et que cela prend une heure et demie jusqu’à Tel Aviv, cela ouvrira Metula à beaucoup plus d’habitants. Les transports intelligents et la transition vers les voitures autonomes, la technologie disponible pour une utilisation sur les routes interurbaines, changeront le visage du logement dans le pays de bout en bout.

Ilots de circulation et jardins

Réduction jusqu’à la suppression de l’irrigation et de l’entretien des jardins publics et des îlots de circulation. Tout cela n’ajoute rien à la ville. Il est préférable de planter des arbres et arbustes qui ne nécessitent ni arrosage ni jardinage.

Obtenez des commentaires pour avancer

Commentaires dans les projets pour améliorer le prochain projet. Aujourd’hui, le planificateur ne reçoit pas de retour d’informations car le projet prend 7 ans ou plus pour être opérationnel, et souvent il n’est plus en fonction, et il n’y a alors pas d’apprentissage de leçons ni d’amélioration du projet. Comme dans les entreprises, dans le logement également, il est important qu’il y ait toujours une amélioration : dans l’environnement, la satisfaction des locataires, etc.

Économie libre

Cela fait vingt ans pour moi, dans ta maison, je t’ai servi quatorze ans avec tes deux filles, et six ans avec tes brebis ; et changer mon salaire, dix

Une économie libre mais…

Quand j’avais 12 ans, j’ai commencé à lire la section économique de « Haaretz » parce que je voyais mon père lire cette section et je voulais probablement être un peu comme lui. Depuis, je n’ai cessé de lire les sections économiques, et aujourd’hui, cela comprend le Wall Street Journal, Calcalist, The Marker, FT et quelques autres.

Mais laissez-moi tranquille un instant, le gouvernement doit pousser les industries, comme l’industrie militaire, qui sont aujourd’hui développées sur le marché privé.

Nous devons développer une industrie autour de l’argent, de l’immobilier, du commerce électronique, ils ont tout simplement 100 ans de retard. Les gouverneurs ne comprennent pas du tout le marché. Ils sont coincés avec les trains, les métros et les transports publics alors que le monde attend. voitures autonomes.

Afin de faire progresser Israël, ou tout autre pays, nous devons repenser la manière d’organiser l’économie pour aligner les intérêts des entreprises sur ceux de l’État, qui, nous l’espérons, représente les besoins des citoyens à long terme. Le monde évolue à un rythme rapide, principalement en raison des changements technologiques, tels que les téléphones mobiles, les ordinateurs, l’IA, Internet et de nombreux ingénieurs, mais la gestion de l’économie n’a pas changé et il est souhaitable de la modifier en conséquence afin de provoquer la prospérité des citoyens.

L’économie doit être libre et capitaliste, mais doit être dirigée par l’État, et pourtant être une économie qui permet le capitalisme avec un haut degré de bien-être dont il est difficile d’abuser ! Autrement, l’économie fonctionnera selon des intérêts à court terme. La prise en compte de l’environnement, de la production alimentaire locale, de l’éducation ou de la santé publique sont des considérations qui devraient être dirigées par l’État, sinon l’économie les ignorera.

Aujourd’hui, l’aspect économique de la qualité de l’environnement n’est pas pris en compte et lorsqu’on propose un produit ou un service, seul le profit est pris en compte.

Israël a l’un des PIB les plus élevés au monde, mais à mon avis le niveau de vie est médiocre. Le problème réside dans le secteur public et son fonctionnement.

La grande déconnexion

Il est essentiel de comprendre le « grand décalage » : le gouvernement ne contrôle pas efficacement le secteur public en raison de trois niveaux de gestion et plus entre eux, les comités ouvriers et les intérêts politiques, alors que le secteur public est au centre des partis. Il est possible qu’en Israël le secteur public exerce un certain contrôle sur le gouvernement.

En Israël, 750 000 personnes travaillent dans le secteur public, pour un coût de 200 milliards de NIS et 40 % du budget de l’État. Aujourd’hui, le secteur public « va » dans la mauvaise direction et à une vitesse inappropriée.

Le secteur public est la clé pour changer la vie en Terre d’Israël. Le contrôle du gouvernement central sur l’administration centrale et sur les collectivités locales est la clé de l’exécution des décisions gouvernementales.

Un secteur public efficace doit pouvoir récompenser de manière significative les bonnes personnes et licencier les moins bonnes personnes. Une personne brillante vaut 1 000 fois plus pour le système qu’une personne ordinaire, nous avons donc besoin d’une option pour la récompenser en conséquence.

Toutes les opérations du secteur public doivent évoluer vers la numérisation et la mesure, tout comme le secteur privé.

Transférer tous les emplois possibles du secteur public vers le secteur privé. Il est préférable que le secteur public s’occupe de la réglementation, de la supervision et des appels d’offres plutôt que du « fonctionnement ».

Une solution à la capacité de changement consiste à ne pas nuire aux conditions des employés existants et à appliquer la nouvelle économie uniquement aux nouveaux employés.

Les témoins sont la chose la plus critique qui n’empêchera pas les travailleurs d’être licenciés. Cela provoque un manque de peur de ne pas travailler. Cela concerne tous les salariés !

Que doit réaliser l’économie ?

Le but de l’économie est la prospérité des citoyens et non l’augmentation du produit.

  • Rationalisation et contrôle total du secteur public. Le secteur public devrait se concentrer sur la réglementation et l’inspection du secteur privé.
  • Secteur privé – transférer tout emploi possible du secteur public vers le secteur privé.
  • Combler les écarts entre les classes et égalité des chances.
  • L’orientation à long terme de l’économie – commerce électronique, énergie verte et plus encore.
  • Infrastructure pour le transport de marchandises.
  • Infrastructure pratique pour l’agriculture.
  • Infrastructure pour la concurrence et l’entrée de nouveaux acteurs dans les domaines de la banque, de l’assurance et des cartes de crédit.

L’argent conduit

L’argent est le moteur de tout, et si nous en améliorons l’utilisation, nous améliorerons nos vies.

Il est clair que dans un pays moderne et intelligent, il est obligatoire de mettre en œuvre de la monnaie numérique, d’où la nécessité d’une identité numérique pour tous les citoyens ainsi que d’un système de facturation national !

Dans les temps anciens, les routes et les voies ferrées devaient être pavées afin de disposer d’une infrastructure pour les entreprises. Aujourd’hui, nous devons « préparer » une infrastructure pour le commerce électronique, dont une partie est virtuelle, comme une base de données nationale d’identités qui facilitera la tâche des entreprises et de leurs clients et empêchera la fraude et facilitera le règlement des paiements. La difficulté de construire les infrastructures susmentionnées est que le gouvernement ne comprend pas où va la nouvelle économie et ce dont elle a besoin pour avancer.

Voyez avec Bitcoin et ses amis que sans régulation, il n’y a pas de stabilité pour les monnaies, car il n’y a pas d’organisme central qui applique les lois, il est donc clair que pour qu’une nouvelle monnaie réussisse, elle doit être sous la supervision d’un organisme intelligent. gouvernement, cela donnera à l’économie des avantages par rapport à l’ancienne monnaie et permettra à différentes industries et entreprises de s’appuyer sur elle grâce à la réglementation et à l’application de la loi.

Qui gagnera et qui perdra de l’argent numérique ?

Les citoyens israéliens, comme moi, peuvent apprécier les avantages de la monnaie numérique, tels que des transactions plus rapides et des frais réduits. Par exemple, une personne vivant dans une zone rurale sans accès aux banques peut utiliser l’argent numérique pour payer ses factures ou recevoir des paiements et améliorer son inclusion financière. Les institutions publiques telles que la police, les autorités fiscales, les régulateurs et les tribunaux bénéficieront d’une transparence accrue, ce qui facilitera la détection de l’évasion ou de la fraude fiscale.

Les entreprises israéliennes, grandes et petites, peuvent bénéficier de transactions plus rapides qui les aideront à mieux gérer leur trésorerie. Par exemple, un propriétaire de petite entreprise peut recevoir des paiements instantanément, ce qui lui permet de payer ses fournisseurs à temps. Les nouvelles entreprises qui adoptent le shekel numérique pourraient attirer des clients férus de technologie qui préfèrent les paiements numériques, tandis que les entreprises de commerce électronique pourraient voir leurs ventes augmenter à mesure que de plus en plus de personnes utilisent l’argent numérique pour faire des achats en ligne, comme par exemple quelqu’un qui achète des produits d’épicerie en ligne avec de la monnaie numérique.

Certains acteurs ne bénéficieront pas de l’argent numérique. Par exemple, les criminels impliqués dans des activités illégales auront du mal à cacher leurs transactions, car l’argent numérique facilite leur suivi. Par exemple, les forces de l’ordre peuvent plus facilement retrouver un trafiquant de drogue qui utilise de l’argent numérique. Les banques et les sociétés émettrices de cartes de crédit peuvent perdre des affaires parce que la monnaie numérique peut offrir des options de paiement plus rapides et moins coûteuses, par exemple en utilisant la monnaie numérique pour transférer de l’argent à l’international avec des frais moins élevés. Les compagnies d’assurance peuvent faire face à davantage de concurrence, car les gens peuvent facilement changer de fournisseur et payer pour d’autres options, par exemple en comparant les polices d’assurance automobile en ligne et en changeant de fournisseur en quelques clics.

Les personnes impliquées dans le terrorisme, le change, le marché gris ou la falsification de factures et la collecte de revenus auront du mal à utiliser la monnaie numérique en raison de la transparence accrue et de la facilité de suivi de leur activité financière. Par exemple, il peut être plus difficile pour un blanchisseur d’argent de cacher les transactions effectuées avec de la monnaie numérique, car les autorités peuvent plus facilement suivre les flux de fonds.

L’argent numérique est bon pour les Juifs

La monnaie numérique est intéressante pour plusieurs raisons. Cela augmentera le commerce numérique en Israël et facilitera les achats en ligne. Cela permettra également aux citoyens d’être suivis de manière anonyme tout en utilisant les informations pour améliorer les services publics et les infrastructures en fonction de leurs besoins.

La monnaie numérique encourage également la concurrence dans le secteur financier, car elle permet à de nouveaux acteurs d’offrir du crédit et réduit la dépendance à l’égard des banques et des cartes de crédit traditionnelles. Cette concurrence peut conduire à une baisse des frais pour des services tels que les conversions de devises et ainsi réduire le coût du changement d’argent avant de voyager ou d’envoyer de l’argent à l’étranger.

Avec une monnaie numérique, les petites transactions, comme le don d’un shekel à une œuvre caritative, deviennent plus possibles. La monnaie numérique favorise également la concurrence entre les banques en matière de comptes d’épargne et de taux d’intérêt sur les dépôts, au profit des clients qui peuvent trouver de meilleures offres. Il devient plus facile de faire respecter le taux d’intérêt maximum sur les prêts tout en protégeant les emprunteurs des taux élevés.

La monnaie numérique élimine le besoin de cartes de crédit et permet aux utilisateurs d’effectuer des paiements directement à partir de leur portefeuille numérique. Cela signifie également qu’il n’est pas nécessaire de transporter un portefeuille physique, ce qui rend les transactions quotidiennes plus pratiques. Le pays sera également en mesure de mieux comprendre l’économie car il sera plus facile de suivre et d’analyser les transactions en monnaie numérique.

L’argent numérique est plus difficile à voler et offre plus de sécurité aux utilisateurs. L’utilisation de la monnaie numérique réduit également le besoin de factures physiques, rationalisant ainsi les paiements, la facturation et les déclarations fiscales. Lorsque vous payez une entreprise, une facture avec déclaration fiscale est automatiquement générée, simplifiant ainsi le processus pour les clients et les entreprises.

Enfin, la monnaie numérique crée de nouvelles industries centrées autour d’elle, stimule l’innovation et offre de nouvelles opportunités d’emploi dans des secteurs tels que le développement de portefeuilles numériques ou les échanges de devises numériques.

Pourquoi l’argent liquide est-il mauvais pour l’économie ?

L’argent liquide n’a aucun avantage par rapport à l’argent numérique car il :

  • facilement volé;
  • Il est difficile de lui nommer un fiduciaire ;
  • prend de la place;
  • facilite les activités terroristes ;
  • facilite le blanchiment d’argent;
  • Facilite la falsification de factures ;
  • Il est difficile de retracer le passage de l’argent ;
  • coût de transport élevé;
  • facile à simuler ;
  • coût de production élevé;
  • Permet aux banques et à diverses entreprises de facturer des frais inutiles ;
  • augmente la viabilité du vol;
  • il est difficile pour l’IRS de vérifier la véracité des rapports ;
  • Nourrisseur du marché noir.

C’est ainsi que devrait fonctionner l’argent numérique en Israël

  • L’État gérera le shekel numérique et sera supervisé par lui ;
  • L’État peut émettre de la monnaie numérique et en est responsable car il est responsable de la sécurité, et non les banques ;
  • En utilisant uniquement de l’argent numérique, pas d’argent liquide du tout, l’argent liquide est complètement interdit ;
  • Les données de l’argent seront conservées dans une base de données nationale ;
  • Les entreprises autorisées exploiteront les portefeuilles des citoyens israéliens et recevront l’autorisation de se connecter à la base de données nationale ;
  • Les citoyens et les entreprises pourront se connecter directement à la base de données nationale
  • Obligatoire : factures numériques au niveau national, chacun doit les utiliser et éviter les factures papier. En outre, une base de données nationale sur l’identité est nécessaire pour prendre en charge la monnaie numérique ;
  • Lors d’un transfert à des fins « professionnelles », une facture sera émise automatiquement ;
  • Tout sera géré via une API à laquelle il sera facile et pratique pour les entreprises et les organisations de se connecter ;
  • Pour chaque compte, des sous-comptes peuvent être ouverts avec des privilèges – qui peut faire quoi (pour les enfants, etc.) ;
  • Chaque personne et chaque entreprise en Israël aura une identité numérique liée au montant d’argent dont elle dispose ;
  • Tout transfert financier s’effectuera d’une identité à une autre ;
  • Les étrangers qui souhaitent détenir un shekel numérique auront une identité numérique en Israël ;
  • envisagez également de gérer d’autres devises ;
  • Israël surveillera les frais maximum pour les transferts d’argent, les prêts, l’ouverture de sous-comptes, etc. ;
  • Les transferts d’argent peuvent être annulés en cas de vol et autres ;
  • L’argent peut être « gelé » sur les comptes, et seuls ceux qui en reçoivent l’autorisation – auront accès (à une garantie, un prêt, etc.) ;
  • Il est possible de limiter, au moyen d’un ordre permanent, le montant maximum qu’un organisme peut retirer d’un compte, en permettant par exemple à Bezeq de retirer jusqu’à 1 000 NIS.
  • Un client pourra allouer un montant sur le compte à la gestion par les banques et sociétés similaires (sans le transférer sur son compte). Ces sociétés contrôleront le montant à déterminer et le client pourra facilement voir leurs actions.

Pourquoi n’ont-ils pas créé un shekel numérique il y a 10 ans ?

La réponse à la question de savoir pourquoi nous n’avons toujours pas de shekel numérique est qu’il n’existe aucun organisme technologique comme le ministère du Numérique capable de prédire les technologies avancées et de les intégrer dans les systèmes existants.

Quelle est la relation entre l’économie et l’environnement ?

Il existe également une solution pour l’environnement par l’économie : une réduction d’impôt lorsque le produit ou le service aide l’environnement et l’imposition d’une « amende » lorsque le produit nuit à l’environnement ; Limiter l’économie à un minimum de dommages à l’environnement. Déterminer un quota annuel de signature environnementale par personne, mesurer la signature et réduire le quota au fil des années ; Récompenser ou infliger une amende aux entreprises et aux services en fonction des dommages causés à l’environnement.

Comités ouvriers et grèves

Il est nécessaire de déterminer clairement ce qui est autorisé pour les comités ouvriers et les entreprises en fonction de l’intérêt à long terme de l’État.

le secteur privé

En Israël, environ 2,3 millions de personnes travaillent à temps plein dans le secteur privé. Il faut donc :

  • Rendre les sanctions plus sévères en cas d’infractions commerciales telles que fraude, abus de confiance et falsification de documents d’entreprise et renforcer leur application. Une telle action rendra non seulement justice, mais incitera également les gens à se faire davantage confiance.
  • Réduisez la durée des essais commerciaux à quelques semaines.
  • Créer une révolution dans le système judiciaire – nomination de juges énergiques et forts dans les tribunaux économiques et dans les procès pour délits économiques ou commerciaux.
  • Développer une base de données gouvernementale pratique sur les notations de crédit.
  • Adoptez des lois claires pour les syndicats.
  • Assurez-vous que l’embauche et le licenciement des salariés seront possibles facilement tout en préservant leurs droits sur le long terme.
  • Définir clairement ce qu’est un « contractuel » dans la « nouvelle économie ».
  • Intégrer l’anglais dans tous les systèmes économiques.

Le commerce électronique du futur

Pour encourager le futur commerce électronique, il faut :

  • Encourager l’ouverture de boutiques en ligne pour rationaliser les échanges et faire baisser les prix.
  • Garantir une création facile et pratique d’entreprises et de sociétés en tant que facteur essentiel de l’égalité des chances et d’une économie sophistiquée.
  • Réduire la dépendance à l’égard de l’immobilier commercial, ce qui permettra aux entrepreneurs de créer facilement de nouvelles entreprises et atténuera la concurrence des entrepreneurs avec des entreprises géantes comme Amazon.

Un exemple de lien en Inde où la mise en œuvre a été réalisée avec beaucoup de succès : réseau commercial indien encouragé par l’État

Comme l’écrivait Herzl dans le livre « Altneuland » : « Parce que tout le monde savait que les sociétés de livraison avec la liste de prix, les catalogues et les publications dans les journaux – allaient les devancer. Le petit commerce et le colportage n’étaient plus rentables. » Aujourd’hui, le commerce électronique remplace les magasins physiques, et l’État devrait l’aider à être égal et non géré par une seule entreprise. Cela est possible en établissant une infrastructure maritime nationale gérée par des entreprises privées.

Le nouveau bureau qui vous protège des affaires

En exerçant la « libre pensée », ils comprennent que l’intérêt des entreprises est de gagner plus, mais que cela va souvent à l’encontre du bénéfice du consommateur. Les organismes qui sont censés protéger le consommateur, en Israël c’est la « Consumer Protection and Fair Trade Authority » et aux USA c’est la FTC, ils sont très faibles.

Pour que les citoyens du pays en profitent et non en perdent, leur rôle doit être beaucoup plus central et significatif.

Il n’y a rien de plus important que de protéger les consommateurs, car les citoyens sont la plupart du temps des consommateurs.

Par exemple, un produit qui nécessite une protection du ministère de la Consommation : les dentifrices comme Sensodyne contiennent aujourd’hui une substance probablement toxique : le dioxyde de titane . Ceci est un petit exemple parmi des milliers d’exemples. Aujourd’hui, en Israël et aux États-Unis, il n’existe aucun organisme sérieux qui protège les consommateurs.

Oui, le ministère de la Consommation

Un nouveau ministère doit être créé – le ministère de la Consommation – qui sera un ministère distinct et fort. Aujourd’hui, le secteur des affaires contrôle les citoyens. Comme vous le verrez plus tard, les citoyens-consommateurs, nous le demandons tous, n’ont pas de véritable organe qui les protège et dirige le secteur des entreprises. Après avoir activé la « libre pensée », ils se rendent compte qu’il est possible de le faire à travers des systèmes de notation nationaux, exprimant une position ainsi qu’en numérisant tous les produits de l’économie.

Le silence est vaseux

Silence sur des questions importantes comme la santé, les finances et bien plus encore, tout comme lui tout comme l’opération « empoisonneur ».

Aujourd’hui, il n’existe pas de position sanitaire ferme, telle que celle d’inciter les entreprises du secteur alimentaire à servir des plats adaptés à l’homme, sans huile, sans sel ni sucre, et à garantir que les aliments vendus au public sont adaptés à l’homme. Un ministère des consommateurs fort et doté d’une vision peut orienter les produits dans des directions plus saines. Il existe aujourd’hui un Far West sans surveillance, parfois seules les informations et les évaluations suffisent au consommateur.

Aujourd’hui, il n’existe pas non plus de déclaration claire sur les produits financiers adaptés aux épargnants à long terme. Il n’y a pas de déclaration claire sur les taux d’intérêt et les cartes de crédit. Et ce ne sont que de petits exemples. Oui, les faibles sont bien exploités.

Les consommateurs ont besoin, tout comme les entreprises

La publicité trompeuse sur les produits célèbre et induit en erreur des millions de consommateurs. Un organisme doté de pouvoir est tenu de donner des instructions claires sur ce qui peut être publié et ce qui ne l’est pas.

D’un autre côté, les entreprises doivent aujourd’hui traiter avec le ministère de la Santé, le ministère des Cultes, le ministère de l’Économie et d’autres ministères pour savoir si elles répondent aux exigences de la loi.

Tout doit être concentré en un seul endroit : au ministère de la Consommation, avec des experts dans les différents domaines.

Un tel bureau résoudra ensemble le problème de l’entreprise et celui du consommateur.

Le rôle du ministère de la Consommation est de garantir que les informations destinées aux consommateurs sont aussi précises que possible, améliorant ainsi la qualité des produits et des services dans l’économie.

Le conflit d’intérêts aujourd’hui entre l’économie et les citoyens

Il existe un conflit d’intérêts entre la protection du public contre les entreprises et le ministère de l’Économie qui souhaite la croissance des entreprises. C’est pourquoi nous avons besoin d’un bureau indépendant pour le ministère de la Consommation.

Le ministère des Finances et de l’Économie veut en réalité stimuler l’économie, sans aucun intérêt à protéger le consommateur.

La protection des consommateurs, qui relève du ministère de la Consommation, est le frein et le protecteur d’une « économie libre », ce qui est très important pour une production importante et correcte de l’économie. Le ministère de la Consommation protégera les consommateurs contre l’exploitation ainsi que contre la tromperie involontaire de la part des entreprises.

Comment mettre les lettres minuscules en majuscules ?

Aujourd’hui, les petites lettres et le langage juridique élevé empêchent les consommateurs de comprendre le danger auquel ils sont confrontés.

La numérisation de tous les produits et la modification des « petits caractères » des produits et services par un langage simple, permettant par exemple de scanner un code-barres et d’obtenir une description simple, résoudront le problème.

De plus, si chaque produit proposé aux citoyens est téléchargé sur le site Web du ministère de la Consommation, à des fins de suivi, le ministère de la Consommation pourra suivre tous les produits et améliorer les services et produits destinés aux citoyens, car ils pouvoir savoir ce qui leur est proposé.

Infrastructure nationale pour la notation des services et produits

La construction d’une infrastructure nationale pour l’évaluation des entreprises par les clients contribuera grandement au commerce électronique et à l’obtention de bons services et produits pour les citoyens. Aussi, la construction d’une infrastructure nationale d’évaluation des produits par les clients assurera l’amélioration de la qualité des produits et services pour les consommateurs. Bien entendu, une telle infrastructure devrait être développée par des entreprises privées. Il existe un exemple d’un tel système qui fonctionne parfaitement : celui d’Amazon.

Comment mesurer l’activité du ministère de la Consommation ?

Le succès du bureau sera mesuré par un indice composé de la satisfaction des citoyens à l’égard des services et produits qu’ils reçoivent. Cet indice est facile à calculer à partir des notes moyennes des consommateurs concernant les services et produits qu’ils ont achetés, données qui existent actuellement, dans ma libre imagination, dans le système national de notation des services et produits.

L’un des résultats du ministère de la Consommation est de réduire le coût de la vie, car le ministère de la Consommation soutient la concurrence en classant la liste des entreprises.

Comment les citoyens sont-ils exploités aujourd’hui ?

Le plus triste est que les plus faibles de la société sont les plus exploités par la publicité trompeuse et les charlatans, car les plus faibles de la société sont les moins instruits. Il est vrai que ce n’est que par l’éducation que l’on peut aider les plus faibles de la société, mais un ministère de la consommation fort aura un impact énorme sur eux.

Il est aujourd’hui difficile pour les citoyens de savoir si un entrepreneur ou un médecin possède une licence. Il serait donc judicieux de développer un système national unique d’examen des licences des personnes et des entreprises, sans certificats physiques. Il existe de nombreux « experts » non agréés, tels que des connaisseurs, des médiums et divers thérapeutes, qui doivent limiter leur publicité aux consommateurs.

Tribunal rapide pour les consommateurs contre les entreprises

Il serait très judicieux d’établir une médiation entre les consommateurs et les entreprises avant de passer au procès. Et si cela n’aide pas, alors une sorte de tribunal des petites créances regrouperait jusqu’à un certain nombre d’entreprises des consommateurs et vice versa. Cela évitera la procrastination et les frais juridiques élevés. Le tribunal ne peut pas dépendre du ministère de la Consommation en raison d’un conflit d’intérêts, le ministère de la Consommation ferait bien de promouvoir la création d’un tel tribunal spécial. Un tel tribunal traitera également des poursuites contre des entreprises étrangères qui peuvent aujourd’hui profiter du fait qu’il est difficile de les poursuivre en justice parce qu’elles ne sont pas en Israël.

Principes généraux pour un système de gouvernance réussi

  • Les résidents du centre, leur satisfaction dans la vie, leur sécurité personnelle et plus encore.
  • Permettre l’évolution du système de gouvernance – une part considérable des problèmes en Israël proviennent d’un système de gouvernance qui ne correspond pas à la réalité. « La faiblesse du système de freins et contrepoids en Israël se manifeste lorsque l’autorité législative est composée d’une seule chambre, la Knesset, sans une seconde chambre (comme le Sénat aux États-Unis et la Chambre des Lords en Angleterre) qui puisse équilibrer les choses. et restreindre la première maison », a écrit Yitzhak Zamir dans son livre « La Cour suprême ». Afin de permettre l’évolution du système gouvernemental, nous devons tout d’abord comprendre que nous devons décider d’un mécanisme de changement du système qui maintienne le pays démocratique tout en essayant de trouver le système le plus approprié.
  • Des décisions basées sur des faits et des informations actuelles – Israël ne peut devenir un modèle pour ses citoyens et un exemple pour les autres nations qu’en changeant le système de gouvernement : en changeant la structure du gouvernement et le système électoral.
  • Organiser! Organiser! Organiser! Il ne faut pas faire de compromis sur un État médiocre – il suffit d’atteindre l’État parfait et d’investir beaucoup d’énergie et de force dans la gestion de l’ordre, de la visibilité et du comportement des citoyens. La différence entre les États-Unis, les pays nordiques et Israël ne réside pas dans la sagesse du peuple, mais seulement dans l’ordre de gouvernement et l’ordre des processus en général.
  • Les discussions et débats qui seront nécessaires pour parvenir à un système de gouvernance correct doivent être scientifiques (fondés sur des faits) et non émotionnels.
  • Copier les meilleurs mécanismes de prise de décision des entreprises les plus performantes au monde, telles que Tesla ou Google, dans le système gouvernemental. Il n’y a aucune raison pour que le gouvernement ne soit pas aussi efficace que les entreprises.
  • Les entreprises se mesurent en argent, et le gouvernement se mesurera à la prospérité des citoyens.
  • Si travailler dans le secteur public était un « insigne d’honneur », il serait plus facile de recruter des personnes compétentes et pas seulement grâce à des salaires élevés.
  • À ce jour, les régimes n’ont changé leur système de gouvernement qu’après des événements extrêmes : États-Unis (guerre avec l’Angleterre), Japon, Allemagne (Guerre mondiale), Israël (Holocauste). On voit qu’après un nouvel ordre de régimes, il y a un boom suivi d’un déclin car le nouveau régime était correct pour l’époque, mais n’a pas continué à changer au fil du temps ! Et c’est là le problème des régimes – la structure et le système électoral ne changent pas, car il n’y a aucun organe objectif qui leur dicte le changement – ici, il est obligatoire de créer un organe aussi important à titre d’exemple – la Maison du Gouvernement.
  • Il est important de convenir que la méthode doit être modifiée et pas nécessairement de s’entendre sur ce que sera la méthode – c’est une affirmation qui va de soi.
  • Droite ou gauche, le conservatisme ou le libéralisme n’ont aucune importance. Chaque problème nécessite une solution basée sur des données et une vision à long terme. Autant que possible, s’appuyer sur le bon sens dans le partage d’informations, mais pour cela il faut un leader de niveau « 5 étoiles ».
  • En Israël, il y a eu une demi-tentative de changer le système électoral, mais pas le système gouvernemental.